Fumigation contre le moustique Aedes Aegypti, vecteur du virus Zika, le 29 janvier 2016 à Bahia, au Brésil
Fumigation contre le moustique Aedes Aegypti, vecteur du virus Zika, le 29 janvier 2016 à Bahia, au Brésil - CHRISTOPHE SIMON AFP

L’inquiétude grimpe autour de la propagation du virus Zika. Begnine en apparence, cette infection se manifeste par des symptômes grippaux (fièvre, maux de tête, courbatures) avec des éruptions cutanées, mais elle est soupçonnée de provoquer une grave malformation congénitale, la microcéphalie, un développement insuffisant de la boîte crânienne. Et sa propagation en Amérique Latine, via le moustique Aedes aegypti, est fulgurante.

 

>> A lire aussi : Le virus Zika peut débarquer en France métropolitaine l’été prochain

Plus d’un million et demi de Brésiliens atteints

Ce samedi, la Colombie a annoncé samedi recenser 20.297 cas de personnes infectées par le virus Zika, dont 2.116 femmes enceintes. Au Brésil, actuellement, plus de 3.400 cas probables de cette maladie congénitale sont en cours d’examen, alors que 270 autres cas ont un diagnostic confirmé (contre 147 sur toute l’année 2014), et 460 ont été finalement écartés. Depuis avril 2015, plus d’un million et demi de Brésiliens ont contracté le virus.

Barack Obama a appelé vendredi son homologue brésilienne Dilma Rousseff pour évoquer leurs « leurs inquiétudes partagées devant la propagation du virus Zika en Occident », a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué. « Les deux dirigeants sont d’accord sur l’importance d’efforts de collaboration pour approfondir notre connaissance, sur des recherches avancées et une accélération des travaux de développement de meilleurs vaccins et d’autres technologies pour contrôler le virus », ajoute l’exécutif américain.

>> A lire aussi : Faut-il s’inquiéter de la propagation du virus Zika ?

Réunion d’urgence de l’OMS

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé jeudi une réunion d’urgence le 1er février sur le virus Zika, qui se propage « de manière explosive » sur le continent américain, avec 3 à 4 millions de cas attendus cette année. Le Brésil est particulièrement touché.

Il n’existe pas d'antiviraux contre ce virus mais seulement des traitements des symptômes (fièvre, maux de tête, courbatures, éruptions cutanées) qui parfois passent inaperçus et sont généralement bénins.

Mots-clés :