Istanbul après un attentat suicide le 12 janvier 2016.
Istanbul après un attentat suicide le 12 janvier 2016. - STR/AP/SIPA

Dix inculpés, six relâchés. Ce dimanche, une cour stambouliote a inculpé et écroué dix suspects pour « appartenance à une organisation terroriste » en lien à l'attentat suicide survenu mardi à Istanbul qui a coûté la vie à dix touristes allemands et attribué au groupe Daesh, a rapporté l'agence de presse Dogan. Six autres suspects qui ont comparu également devant des juges devaient être relâchés, a précisé l'agence. Seize personnes avaient été déférées dimanche en fin de matinée devant cette cour, les procureurs réclamant l'inculpation pour tous les suspects.

Entré en Turquie comme un « simple migrant »

L'attentat a visé mardi matin un groupe de touristes allemands à quelques centaines de mètres de la basilique Sainte-Sophie et de la Mosquée bleue, deux des monuments les plus visités de la plus grande ville de Turquie. Selon les autorités turques, il a été perpétré par un Syrien âgé de 28 ans, identifié dans les médias comme Nabil Fadli, qui, selon le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu est « membre » de Daesh et serait entré sur le territoire turc en provenance de Syrie comme un « simple migrant ». Dix-sept personnes ont également été blessées dans l'attaque.

Depuis l'attentat, déjà attribué à Daesh, qui a tué 103 personnes devant la gare d'Ankara en octobre dernier, la police turque a multiplié les coups de filet dans les milieux djihadistes. Elle a aussi renforcé ses contrôles frontaliers pour tenter d'endiguer le flux des recrues étrangères qui rejoignent Daesh en Syrie. Longtemps accusée de complaisance à l'endroit des rebelles radicaux en guerre contre le régime de Damas, la Turquie a rejoint l'été dernier la coalition internationale antidjihadiste.

Mots-clés :