Une voiture de police à Chicago.
Une voiture de police à Chicago. - Stacie Freudenberg / AP / Sipa

La ville de Chicago, où la police est sous le feu des critiques depuis des mois à la suite d’une série de bavures, a diffusé, ce jeudi, une vidéo montrant Cedrick Chatman, adolescent noir de 17 ans, être abattu par un policier blanc.

La bavure policière remonte à 2013. Filmées à bonne distance, les images ne dévoilent pas nettement le moment où Cedrick Chatman a été tué par balle. En revanche, on voit le jeune homme fuir la police à toutes jambes sous la lumière du jour, avant de s’effondrer dans la rue.

« Il a attendu d’avoir une bonne fenêtre de tir, puis a tiré »

Si depuis le drame, le policier qui a tiré affirme avoir craint pour sa vie lorsqu’il a vu l’adolescent se retourner et apparemment dégainer une arme, Lorenzo Davis, un ancien enquêteur de l’autorité de surveillance de la police de Chicago, réfute ces déclarations. D’autant qu’un étui d’iPhone a été retrouvé près du corps du jeune homme.

« Il a attendu d’avoir une bonne fenêtre de tir, puis a tiré », a-t-il d’ailleurs résumé sans ambages dans les colonnes du New York Times. Lorenzo Davis assure même avoir été sommé d’adoucir les conclusions de ses enquêtes portant sur six cas de bavures policières, parmi lesquels celui de Cedrick Chatman. L’ancien enquêteur a engagé des poursuites pour licenciement abusif.
 

>> A lire ici : Chicago : une femme de 55 ans tuée dans une nouvelle bavure policière
 

Une vaste enquête fédérale sur le Chicago Police Department

Le cas Cedrick Chatman, dernier en date d’une série de violences policières visant la minorité noire dans cette grande ville du nord des Etats-Unis à être illustré par une vidéo, intervient deux semaines après l’annonce par le maire Rahm Emanuel d’un vaste remaniement au sein de la police de Chicago.

Le ministère de la Justice vient d’ailleurs de lancer une vaste enquête fédérale sur le Chicago Police Department (CPD), notamment sur ses recours à la force létale et les éventuelles discriminations raciales dont il se rendrait coupable.

Mots-clés :