Une  voiture de police finlandaise à Laukaa en 2013
Une voiture de police finlandaise à Laukaa en 2013 - JANNE NOUSIAINEN / AFP

Des groupes d'autodéfense d'extrême droite ont fait leur apparition ces derniers mois dans plusieurs villes de Finlande où ils affirment patrouiller pour protéger la population de ce qu'ils nomment «des intrus islamiques», s'est inquiété jeudi le gouvernement finlandais.

«Organiser des patrouilles de rue relève d'un comportement extrémiste. Cela ne permet pas d'augmenter la sécurité» de la population, a déclaré le ministre finlandais de l'Intérieur Petteri Orpo à la télévision YLE. Ces milices «n'ont pas le droit d'utiliser la force», a-t-il souligné.

Les «Soldats d'Odin»

Des groupes d'hommes non armés, qui se revendiquent pour la plupart «Soldats d'Odin», le dieu de la guerre dans la mythologie nordique, ont été vus ces cinq derniers mois dans différentes villes autour de centres d'accueils pour immigrants qui ont récemment ouvert. Certains d'entre eux figurent sur des photos publiées dans les médias, portant des vestes noires et des casquettes estampillées «S.O.O» pour «Soldats d'Odin».

Selon la police, certains membres de ces groupes ont des liens avec les mouvements d'extrême droite, dont des groupes néonazis. «Attaquer ne fait pas partie de nos principes. C'est seulement de la défense. Et tout le monde a le droit de se défendre lorsqu'il est attaqué. Nous nous défendons et nous appelons la police», ont assuré trois membres d'une patrouille de la ville de Joensuu dans un récent entretien au journal local Karjalan Heili. Ils ont revendiqué 20 membres à Joensuu et jusqu'à 500 dans le pays.

Sur son site internet, le groupe dénonce «les intrus islamiques» qui, selon lui, augmentent l'insécurité en Finlande, appelant «les patriotes et ceux qui critiquent l'immigration» à le rejoindre. En 2015, la Finlande, pays de 5,4 millions d'habitants, a accueilli plus de 32.000 demandeurs d'asile, soit 10 fois plus qu'en 2014. Elle se place proportionnellement au quatrième rang des pays d'accueil d'immigrants en Europe.

Mots-clés :