Barack Obama a versé des larmes à l'évocation des enfants tués lors de l'attaque de l'école Sandy Hook en 2012.
Barack Obama a versé des larmes à l'évocation des enfants tués lors de l'attaque de l'école Sandy Hook en 2012. - JIM WATSON / AFP

« A chaque fois que je pense à ces enfants, ça me met en colère » a lancé, en larmes, Barack Obama lors de sa conférence de presse à Washington sur le contrôle des armes. Le président américain, qui a fait référence à la tuerie de Sandy Hook, a souligné mardi la nécessité de « ressentir l’urgence » d’agir sur la question des armes à feu aux Etats-Unis, où les fusillades sont devenues quotidiennes.

« Nous devons ressentir l’urgence absolue maintenant, car les gens meurent. Et les excuses constantes pour l’inaction ne marchent plus. Ne suffisent plus », a martelé le président Obama en citant Martin Luther King, lors d’un discours prononcé à la Maison Blanche.

Le président américain, qui a annoncé lors de cette conférence une série de mesures visant à réformer le contrôle des armes, a également estimé que le lobby des armes ne peut pas prendre l’Amérique « en otage ».

« Nous n’avons pas à accepter ça », a-t-il ajouté, en estimant que le Congrès, à majorité républicain et qui s’oppose fermement à toute modification de la législation en la matière, est lui tenu par ce lobby. L’initiative du président, à la portée pourtant limitée, suscite en Amérique une véritable tempête politique.

Antécédents judiciaires et psychiatriques des acheteurs

Principal objectif des mesures annoncées lors d’une longue allocution à la Maison Blanche : colmater les failles du système en vigueur sur le contrôle des antécédents judiciaires et psychiatriques des acheteurs d’armes. Entre foires itinérantes et ventes sur Internet, nombre d’entre eux échappent aujourd’hui aux procédures fédérales imposées à un individu qui se rend dans une armurerie homologuée.

>> Pourquoi des miliciens armés défient les autorités dans l’Oregon

Le sujet - très sensible aux Etats-Unis où la culture du port d’armes est fortement enracinée - s’est d’ores et déjà imposé au cœur de la campagne pour l’élection présidentielle du 8 novembre. Quelque 30.000 personnes trouvent la mort par armes à feu aux Etats-Unis chaque année.

Mots-clés :