Un homme tient une pancarte représentant l'émir exécuté lors d'une manifestation à Bagdad en Irak.
Un homme tient une pancarte représentant l'émir exécuté lors d'une manifestation à Bagdad en Irak. - AHMAD AL-RUBAYE / AFP

L’exécution en Arabie saoudite d’un dignitaire chiite saoudien exacerbait dimanche les tensions au Moyen-Orient, en Iran où l’ambassade saoudienne à Téhéran a été en partie détruite par des manifestants en colère, mais aussi à Bahreïn théâtre d’affrontements entre la police et des chiites.

La mise à mort du cheikh Nimr Baqer al-Nimr, figure de la contestation contre le régime saoudien, a également provoqué la colère dans les communautés chiites d’Arabie saoudite, d’Irak, du Liban et du Yémen.

Des affrontements violents opposaient dimanche à Bahreïn la police à des manifestants de la communauté chiite, majoritaire dans ce pays dirigé par une dynastie sunnite, qui protestaient contre l’exécution de Nimr al-Nimr. Ces violences ont fait des blessés.

Cette exécution suscite aussi l’inquiétude de l’ONU, des Etats-Unis et de l’Union européenne (UE) qui craignent qu’elle n’enflamme davantage les tensions entre chiites et sunnites dans la région.

Le dignitaire chiite de 56 ans a été exécuté samedi avec 46 autres personnes, dont un Tchadien et un Egyptien, condamnées pour « terrorisme ». La plupart d’entre elles étaient des jihadistes du groupe sunnite Al-Qaïda.

« Sans aucun doute, le sang de ce martyr versé injustement portera ses fruits et la main divine le vengera des dirigeants saoudiens », a averti dimanche le guide suprême iranien, l’ayatollah Khamenei.

Quelques heures plus tôt, en milieu de nuit, des centaines de personnes en colère ont attaqué à coups de cocktails Molotov l’ambassade d’Arabie saoudite à Téhéran dans laquelle ils ont pu pénétrer. « Le feu a détruit l’intérieur de l’ambassade », a déclaré à l’AFP un témoin.

Le consulat saoudien à Mashhad (nord-est) a également été attaqué. Le procureur de Téhéran a annoncé l’arrestation de 40 manifestants et quatre autres personnes ont été arrêtées à Mashhad.

Manifestations à Téhéran

Tout en dénonçant l’exécution, le président Hassan Rohani a qualifié d'« injustifiables » les attaques contre les représentations saoudiennes, que la police diplomatique a été chargée de « protéger ».

Plus d’un millier de personnes ont manifesté dimanche sans incidents en deux lieux différents à Téhéran pour protester contre l’exécution de Nimr. Un rassemblement s’est notamment tenu à proximité de l’ambassade d’Arabie saoudite, malgré l’interdiction du gouvernement.

Avant d’être dispersés par la police anti-émeutes, les manifestants ont crié « mort à Al-Saoud », du nom de la famille régnante à Ryad et des drapeaux américains et israéliens ont été brûlés. La rue où est située l’ambassade a été rebaptisée du nom du dignitaire chiite exécuté, selon l’agence Isna.

Dimanche soir, l’ambassade était protégée par la police qui a installé des barrières pour l’isoler, a constaté un photographe de l’AFP.

Si l’indignation et la colère sont particulièrement fortes en Iran, pays musulman à 90 % chiite et grand rival de l’Arabie saoudite à majorité sunnite, des chiites ont manifesté aussi en Arabie saoudite et en Irak, dans la ville sainte chiite de Kerbala (centre).

L’ayatollah Ali Sistani, plus haute autorité chiite en Irak, a qualifié d'« agression » le « versement du sang pur » des exécutés. Au Liban, Hassan Nasrallah, chef du puissant mouvement chiite Hezbollah allié de l’Iran, a condamné le « terrorisme » et le « despotisme » de l’Arabie saoudite.

Éviter l’escalade 

Le cheikh Nimr avait été condamné à mort en octobre 2014 pour « terrorisme », « sédition », « désobéissance au souverain » et « port d’armes » par un tribunal de Ryad.

Au-delà du Moyen-Orient, son exécution préoccupe les Etats-Unis, soutien traditionnel de l’Arabie saoudite, qui craignent que les « tensions communautaires s’exacerbent à un moment où il est urgent de les apaiser ».

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a appelé « tous les dirigeants de la région à chercher à éviter l’exacerbation des tensions sectaires ».

La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a parlé au téléphone au ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif.

Ils ont estimé qu'« aucun effort ne devait être épargné pour maintenir la situation sous contrôle et éviter une escalade des tensions sectaires. La sécurité et la stabilité de l’ensemble de la région, qui fait déjà face à de graves menaces, est en jeu », selon un communiqué de l’UE.

Même tonalité du côté de la France et de l’Allemagne. Paris « appelle les responsables de la région à tout faire pour éviter l’exacerbation des tensions sectaires et religieuses », tandis que Berlin estime que la mise à mort du chef religieux saoudien « renforce notre inquiétude actuelle quant à une tension croissante (…) au sein de la région ».

De son côté, Londres n’a pas condamné directement l’exécution de Nimr Baqer al-Nimr, un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères (FCO) soulignant seulement l’opposition du Royaume-Uni à la peine de mort « en toutes circonstances et dans tous les pays ».

Mots-clés :