Un policier belge à Bruxelles, le 22 novembre 2015.
Un policier belge à Bruxelles, le 22 novembre 2015. - WILLIAM ABENHAIM/SIPA

Bruxelles annule le feu d’artifice et les festivités du Nouvel An. Cette décision est prise alors que le niveau d’alerte a été relevé. « Malheureusement le feu d’artifice et tout ce qui était prévu demain (jeudi) soir et qui devait rassembler beaucoup de monde sur le centre de Bruxelles, nous sommes contraints de l’annuler compte tenu de l’analyse du risque faite par le centre de crise », a déclaré le bourgmestre (maire) Yvan Mayeur en direct sur la chaîne publique La Une.

« Il vaut mieux ne pas prendre le risque »

Environ 100.000 personnes avaient assisté au passage à la nouvelle année l’an passé sur la place de Brouckère, au centre de Bruxelles. « Il vaut mieux ne pas prendre le risque », a expliqué M. Mayeur, alors que la situation ne permet pas de « garantir que l’on a contrôlé tout le monde qui vient sur l’événement ».

La Belgique et notamment Bruxelles, qui abrite les institutions européennes et l’Otan, est placée depuis fin novembre au « niveau 3 d’alerte terroriste », soit un cran en dessous du niveau maximal, ce qui correspond à une « menace possible et vraisemblable ». La capitale belge a même vécu pendant presque six jours au niveau 4, à la suite des attaques du 13 novembre à Paris.

Plusieurs enquêtes sont actuellement en cours dans des dossiers liés au terrorisme, dont celui lié aux attentats de Paris qui ont fait 130 morts. Neuf personnes ont été inculpées et placées en détention dans ce dossier en Belgique.

Deux personnes arrêtées

Une perquisition liée à l’affaire a encore eu lieu mercredi à Molenbeek-Saint-Jean, la commune de Bruxelles d’où est originaire l’un des principaux suspects en fuite, Salah Abdeslam, et qui a servi de port d’attache à plusieurs membres de cellules djihadistes.

Mardi, le parquet fédéral a annoncé l’arrestation de deux personnes soupçonnées de préparer des attentats dans la capitale pour les fêtes de fin d’année. Evoquant des menaces « sérieuses », le parquet a indiqué que « plusieurs lieux emblématiques de Bruxelles » étaient visés.

« Les enquêtes sont toujours en cours, le parquet bruxellois, le parquet fédéral, continuent de travailler sur cette menace », a encore justifié Yvan Mayeur.

Mots-clés :