L'étiquetage européen des produits des colonies israéliennes rend Israël furieux

DECISION L'Union européenne rend obligatoire la mention de l'origine des produits sur les étiquettes, et donc ceux qui viennent des colonies israéliennes...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'un étal de marché au Shuk HaNamal Market de Tel Aviv, le 27 mars 2015.

Illustration d'un étal de marché au Shuk HaNamal Market de Tel Aviv, le 27 mars 2015. — Rafael Ben-Ari/Cham/NEWSCOM/SIPA

Une décision européenne rend ce mercredi Israël furieux. L’Union européenne a approuvé ce mercredi la mise en œuvre de l’étiquetage des produits originaires des colonies israéliennes dans les Territoires palestiniens occupés. Israël a dénoncé cette mesure, avertit qu’il aurait des « implications politiques » et convoqué le représentant de l’UE dans le pays. En début d'après-midi, le chef du gouvernement de droite Benjamin Netanyahou a jugé que «l'Union européenne devrait avoir honte» de cette mesure.

La décision européenne, attendue mais reportée à plusieurs reprises, a été approuvée lors d’une réunion du collège des commissaires européens à Bruxelles.

« Mesure technique » et non « politique »

L’Union européenne considère qu’il s’agit d’une mesure « technique » visant à informer les consommateurs européens et non d’une décision « politique », comme l’affirme le gouvernement israélien.

Elle porte l’obligation à l’industrie alimentaire et à la distribution de mentionner l’origine des produits sur les étiquettes.

Aujourd’hui les produits des colonies israéliennes -toutes illégales au regard du droit international- sont étiquetés comme fabriqués en Israël.

Crainte du gouvernement israélien

Les produits concernés représentent « moins de 1 % » du total des échanges commerciaux entre l’UE et Israël, soit 154 millions d’euros en 2014, selon des chiffres de la Commission.

Plus que son impact commercial, le gouvernement de droite de Benjamin Netanyahou craint que la mesure européenne ne « soutienne et encourage » le mouvement international BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) contre l’Etat hébreu, qui monte en puissance.