COP21: Limiter le réchauffement climatique est encore possible

ENVIRONNEMENT C'est ce qu'affirme un rapport de l'ONU après les engagements pris par 150 pays à l'approche de la conférence internationale de Paris...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration pollution.

Illustration pollution. — Images / Rex Features/REX/SIPA

Passer des engagements aux actes concrets. Limiter le réchauffement de la planète à 2°C est encore possible grâce aux engagements pris par 150 pays à l'approche de la conférence de Paris, affirme vendredi un rapport de l'ONU.

«Un effort mondial sans précédent est en cours» et permet d'envisager de pouvoir rester sous les 2°C, souligne l'ONU dans ce rapport publié à Berlin. «Des réductions d'émissions de gaz à effet de serre beaucoup plus importantes» seront nécessaires dans les prochaines années pour rester sous cette limite, avertit cependant l'ONU.

Avertissement des experts

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) a calculé qu'il ne fallait pas émettre plus de 1.000 gigatonnes de CO2 pour avoir de bonnes chances de respecter l'objectif des 2°C. Cela constitue le «budget carbone» de l'Humanité.

Avec les engagements actuels, 72 à 75% de ce «budget» auront été consommés en 2030. Selon les projections de l'ONU, les émissions cumulées atteindraient environ 540 gigatonnes en 2025 et 748 gigatonnes en 2030.

Evaluation des engagements

Le rapport de l'ONU évalue les engagements climat annoncés au 1er octobre 2015 par 146 pays, représentant 86% des émissions mondiales. Le premier accord engageant l'ensemble des Etats de la planète dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre est espéré à Paris lors de la conférence climat (30 novembre-11 décembre).

Reprenant une estimation réalisée par le groupe Carbon action tracker (CAT), les Nations unies estiment que les engagements nationaux «ont la capacité de limiter à 2,7°C l'élévation de la température».

«Ce n'est en aucun cas suffisant (...) mais cela est beaucoup plus bas que les 4 ou 5 degrés ou plus de réchauffement projetés par beaucoup avant les engagements», a commenté Christina Figueres, la secrétaire genérale de la Convention climat de l'ONU, dans un communiqué.

Mots-clés :