La clôture anti-migrants entre la Croatie et la Hongrie, à Beremend, le 28 septembre 2015.
La clôture anti-migrants entre la Croatie et la Hongrie, à Beremend, le 28 septembre 2015. - Tamas Soki/AP/SIPA

Le nouveau « mur de la honte », comme l’ont baptisé ses opposants, est terminé. Les travaux de construction par Budapest d’une clôture anti-migrants à la frontière croato-hongroise sont « achevés » et la fermeture effective de la frontière ne dépend plus que d’une décision politique, a annoncé jeudi un porte-parole du gouvernement hongrois.

« La clôture de sécurité est achevée à la frontière croato-hongroise, le gouvernement et les autorités sont à même de fermer la frontière », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse, soulignant qu’une décision pourrait être prise dans les prochains jours. La Hongrie, principal pays de transit des migrants en Europe centrale, a commencé en septembre à clôturer les sections les plus aisément franchissables de sa frontière avec la Croatie, pays par lequel transite le flux de réfugiés depuis la fermeture de la frontière serbo-hongroise par Budapest le 15 septembre.

Fermeture des frontières avant le 8 novembre?

La décision effective de la frontière aux migrants dépendra en partie des échanges qu’aura eus le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, avec ses partenaires européens lors du sommet de Bruxelles jeudi, a précisé le porte-parole, Janos Lazar. « Le gouvernement n’exclut pas » que cette fermeture intervienne avant les élections législatives croates du 8 novembre, a-t-il précisé.

La construction d’une clôture et la pose de barbelés à la frontière croate ont entraîné une dégradation des relations entre Budapest et Zagreb. Les deux pays coopèrent cependant pour le transit quotidien de milliers de migrants, acheminés par les autorités croates à des postes-frontières où ils sont pris en charge par leurs homologues hongrois, qui les transportent à leur tour jusqu’à la frontière autrichienne. Plus de 386.000 migrants ont transité par la Hongrie depuis le début de l’année, d’abord principalement via la Serbie, et depuis un mois depuis la Croatie.

Mots-clés :