Prise d'otages au Mali: Des forces spéciales étrangères auraient participé

TERRORISME Elles auraient appuyé les gendarmes maliens dans l'opération, qui aurait fait douze morts, dont cinq militaires...

— 

Deux soldats maliens en position près de l'aéroport de Goundam, le 3 juin 2015

Deux soldats maliens en position près de l'aéroport de Goundam, le 3 juin 2015 — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Une source militaire a confirmé la fin de la prise d'otages, assurant: «Cette fois, c'est fini». Les assaillants avaient fait irruption vendredi vers 07H00 (locales et GMT) à l'Hôtel Byblos de Sévaré, ville à plus de 620 km au nord-est de Bamako où séjournent régulièrement des expatriés, selon le gouvernement malien et des sources militaires. Les forces maliennes ont mis fin dans la nuit de vendredi à samedi à une prise d'otages par un commando armé dans un hôtel de Sévaré, dans le centre du Mali. Mais les gendarmes maliens en charge de l'opération auraient recu un appui extérieur.

Des forces spéciales étrangères dans l'intervention

Les forces maliennes avaient bouclé la zone et tentaient, depuis lors, de «déloger» les preneurs d'otages de l'hôtel, ce qui a été fait dans la nuit de vendredi à samedi, ont indiqué à l'AFP deux sources militaires maliennes.«Les opérations ont été finalisées, l'hôtel a été nettoyé», débarrassé des assaillants, a déclaré une des sources jointes dans la zone.

Elles ont été menées par des forces spéciales maliennes vendredi à partir de 23H00, qui sont en réalité des gendarmes d'une unité spécialisée «dans les libérations d'otages et les actions anti-terroristes». 

Selon une source militaire des forces spéciales «étrangères» sont également intervenues. «D'après mes informations, des forces spéciales étrangères sont arrivées (à Sévaré), mais pour l'heure, je ne peux pas affirmer qu'elles ont participé directement» à l'opération, a-t-elle précisé.

Selon RFI, les Français de la force Barkhane avaient effectué hier un survol de la zone. Située à une douzaine de kilomètres du chef-lieu de région Mopti, Sévaré est une ville stratégique: elle est dotée du plus important aéroport de la région, utilisée par l'armée malienne et les forces françaises de l'opération française au Sahel Barkhane ainsi que de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma).

Douze morts dont cinq militaires maliens selon l'armée

Aucune des deux sources militaires jointes samedi par l'AFP n'avait souhaité préciser de bilan. Dans un communiqué diffusé vendredi soir, le gouvernement malien avait annoncé un «bilan provisoire» comprenant «cinq morts, deux blessés» du côté des forces armées maliennes (Fama) et «deux tués» dans le camp des terroristes ainsi que l'arrestation de sept suspects, sans plus de détails. Samedi peu après 13h, ce bilan était porté à douze morts, dont cinq militaires maliens selon l'armée.

Une des sources militaires maliennes avait fait état à l'AFP de trois militaires, deux «terroristes» et trois «corps visibles devant l'hôtel à côté d'un minibus calciné».

La mission onusienne avait fait par de la mort dans l'attaque d'«un membre du personnel international associé de la Minusma», sans précision sur son identité et sa nationalité.

Mots-clés :