Pékin apprend la géopolitique des normes sanitaires

GEOPOLITIQUE Chaque semaine, retrouvez l'oeil de...

Bernard Estrade

— 

Le groupe agroalimentaire français Danone, numéro 1 mondial des produits laitiers frais, a signé lundi un accord avec le groupe laitier chinois Mengniu Dairy pour créer une co-entreprise en Chine, renforçant ainsi sa présence dans ce pays.

Le groupe agroalimentaire français Danone, numéro 1 mondial des produits laitiers frais, a signé lundi un accord avec le groupe laitier chinois Mengniu Dairy pour créer une co-entreprise en Chine, renforçant ainsi sa présence dans ce pays. — Mark Ralston AFP/Archives

Retrouvez tous les lundis l'oeil de geopolitique.com sur le monde avec la chronique de Bernard Estrade.

En Chine, trois cargaisons américaines de raisins et de suppléments diététiques ont été bloquées à leur arrivée aux ports de Ningbo et de Shenzhen.

Selon l’Administration générale de la qualité et de la quarantaine, ces produits « ne remplissaient pas les standards sanitaires chinois ». Les importateurs ont eu le choix: la destruction sur place ou le retour à l’expéditeur.

Il est inhabituel que ce soit la Chine qui juge impropre à la consommation sur son territoire de produits manufacturés aux Etats-Unis. On s’attendrait plutôt à l’inverse.

La décision des inspecteurs sanitaires chinois a d’autant plus retenu l’attention que les importations alimentaires chinoises aux Etats-Unis sont, depuis le mois de mars, placées sous haute surveillance.

Du gluten de blé importé de Chine pour confectionner de la pâtée pour chats et chiens a en effet été identifié comme la cause de la mort de nombreux animaux domestiques aux Etats-Unis.

Le gluten avait été contaminé par de la mélanine, un composant chimique utilisé dans la fabrication de plastique. Quelques 60 millions de boîtes avaient du être retirées en urgence de la circulation.

L’affaire a été suivie par d’autres. Au cours des derniers mois, l’Administration américaine pour l’alimentation et les médicaments a ainsi bloqué l’importation de plusieurs produits en provenance de Chine : du dentifrice soupçonné de contenir un produit chimique potentiellement mortel, des fruits de mer congelés et des jus de fruit contenant des colorants et additifs interdits.

Pékin a pris conscience du risque qui, selon Li Chang jiang, le directeur de l’Administration générale de la qualité, «affecte l’image de la Chine ainsi que ses relations bilatérales et internationales».

De nouvelles mesures ont été adoptées et les contrôles renforcés. Mais, bien entendu, ils marchent dans les deux sens. Ce que viennent de découvrir les exportateurs américains de raisons et de suppléments alimentaires.

Les dirigeants de Danone ne seront pas surpris : ils ont vu cinq cargaisons d’eau minérale Evian saisie en février à leur arrivée en Chine au prétexte de contamination bactérienne.
Juste au moment ou un conflit acrimonieux oppose la firme française à Wahaha, son partenaire chinois.

Le contrôle de la qualité des produits importés est une nécessité et une préoccupation louable. Il peut être aussi tentant de l’instrumentaliser.

©www.geopolitique.com/be

Mots-clés :

Aucun mot-clé.