VIDEO. Espionnage de la NSA: En visite aux Etats-Unis, Emmanuel Macron va évoquer les écoutes

ESPIONNAGE Le ministre de l’Economie a indiqué qu’il n’avait pas envisagé d’annuler sa visite sur le sol américain…

V.V. avec AFP

— 

New-York, le 24 juin 2015. Emmannuel Macron s'adresse aux entrepreneurs français depuis le consulat de France.

New-York, le 24 juin 2015. Emmannuel Macron s'adresse aux entrepreneurs français depuis le consulat de France. — JEWEL SAMAD / AFP

Ce n’était pas à l’ordre du jour. Mais cela va le devenir. Le ministre français de l’Economie Emmanuel Macron a déclaré mercredi soir qu’il avait l’intention d’évoquer avec ses interlocuteurs américains l’écoute des conversations de trois chefs d’Etat français par les services de renseignement américains, révélée mercredi et jugée « inadmissible » par le président français.

Espionnage : Revivez tous les événements de mercredi

« J’en parlerai quand je serai à Washington avec mes interlocuteurs bien évidemment », a déclaré Emmanuel Macron, favorable à « une réaction qui est à la fois exigeante et proportionnée ».

Le Foll et Royal également attendus

Le ministre, arrivé mercredi soir à New York pour encourager le secteur français de la technologie à l’occasion de la French Touch Conference, et interrogé par des journalistes en marge d’une réception, doit rencontrer vendredi à Washington le secrétaire au Trésor Jack Lew puis le secrétaire adjoint au Commerce Bruce Andrews, entre autres.

Il a précisé qu’il n’avait pas envisagé d’annuler sa visite après les révélations du site lanceur d’alertes WikiLeaks publiées par deux médias français. « Mon collègue (à l’Agriculture) Stéphane Le Foll est également en déplacement à Washington (vendredi), le 4 juillet prochain Ségolène Royal et Jean Yves Le Drian sauf contre-ordre seront présents ici » à l’occasion de la venue à New York de la frégate « L’Hermione », réplique du bateau de La Fayette, a-t-il souligné.

Laurent Fabius doit tirer les conséquences

Il s’est abstenu de commenter directement la réaction de l’ambassadeur de France aux Etats-Unis Gérard Araud, qui avait semblé minimiser l’affaire en twittant mardi soir : « Tout diplomate vit avec la certitude que ses communications sont écoutées, et pas par un seul pays. Monde réel ».

« C’est à Laurent Fabius de tirer toutes les conséquences des actions ou réactions de ses ambassadeurs, pas au ministre de l’Economie », a-t-il dit.