Espionnage de la NSA en France: Qui a été écouté par les Etats-Unis?

FRANCELEAKS L'agence américaine de surveillance a mis sur écoute de hauts responsables à l'Elysée, au quai d'Orsay et dans certains ministères clés...

Laure Cometti

— 

Le logo de la NSA.

Le logo de la NSA. — PAUL J. RICHARDS / AFP

Pendant près de dix ans, les Etats-Unis ont espionné les conversations échangées au plus haut niveau de l’Etat français. C’est ce que révèlent cinq rapports classifiés de l’agence américaine de surveillance National Security Agency (NSA) publiés mercredi par WikiLeaks, Libération et Médiapart.

WikiLeaks a publié un extrait d’une base de données de la NSA qui liste les « top targets », c’est-à-dire les cibles prioritaires mises sur écoute. Quels sont les acteurs clés de la politique française qui ont été mis sur écoute ? 20 Minutes fait le point.

Suivez les événements en direct : Hollande, Sarkozy et Chirac espionnés par la NSA

Hollande, Chirac et Sarkozy 

Selon cette liste, qui daterait de 2010, la ligne du président de la République a été mise sur écoute en 2002. Trois chefs de l’Etat sont donc concernés : Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande.

Plusieurs conseillers à l’Elysée

Outre le chef de l’Etat, les téléphones portables de certains des plus hauts conseillers à l’Elysée ont également été mis sur écoute. La liste publiée par WikiLeaks fait référence au secrétaire général de l’Elysée, au service de communication et au conseiller Afrique de la cellule diplomatique de l’Elysée.

Lire aussi : Les écoutes par la NSA révèlent peu d’indiscrétions sur Chirac, Sarkozy et Hollande

Le quai d’Orsay

Au quai d’Orsay, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères était aussi espionné, ainsi que le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes (un poste qu’occupe actuellement Harlem Désir).

Le secrétaire d’Etat au Commerce a lui aussi été mis sur écoute, ainsi que les postes fixes des ministères de l’Agriculture et de l’Economie, des Finances et de l’Industrie.

Quelques numéros identifiés

Libération et Médiapart affirment avoir identifié certains des numéros de portables de la base de données de la NSA. Il s’agirait des lignes de :

  • Nicolas Sarkozy
  • Jean-David Levitte (conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy de 2007 à 2012)
  • Claude Guéant (secrétaire général de l’Élysée de 2007 à 2010)
  • Jean-Pierre Jouyet (secrétaire d’Etat aux Affaires européennes de 2007 à 2008)
  • Pierre Lellouche (secrétaire d’Etat aux Affaires européennes de 2009 à 2010 puis secrétaire d’Etat au Commerce de 2010 à 2012)
  • Bernard Valero (porte-parole du ministère des affaires étrangères de 2009 à 2012)
  • Laurence Tubiana, fonctionnaire du quai d’Orsay en charge des négociations sur le climat à Copenhague, en 2009.

 

Libération affirme par ailleurs que l’antenne à l’Elysée de la cellule chargée du « téléphone rouge » a été espionnée.