Etats-Unis: Obama sort son veto contre l'oléoduc Keystone XL

ENVIRONNEMENT Le président américain ne se prononce toutefois pas sur le fond...

20 Minutes avec AFP

— 

Barack Obama à Washington DC le 19 février 2015.

Barack Obama à Washington DC le 19 février 2015. — Carolyn Kaster/AP/SIPA

Il l'avait annoncé, il l'a fait. Mardi, Obama a opposé son droit de veto à la loi, votée par le Congrès à majorité républicaine, autorisant la construction de l'oléoduc Keystone XL entre le Canada et les Etats-Unis. Aussitôt, le parti conservateur a crié sa colère, dénonçant une décision «purement politique».

En usant de son veto, Obama veut conserver son pouvoir de décision sur ce projet controversé, en particulier pour des raisons environnementales, sur lequel il ne s'est pas encore prononcé sur le fond. Les associations environnementales et nombre de démocrates jugent que ce projet va à l'encontre de la lutte contre le changement climatique et mettent en garde contre les risques de fuite posés par l'oléoduc.

42.000 emplois... ou 35

Les républicains, appuyés par le gouvernement canadien conservateur de Stephen Harper, vantent le potentiel de création d'emplois du chantier, le renforcement de l'indépendance énergétique nord-américaine et la sécurité du transport par oléoduc plutôt que par voie ferroviaire. Ils affirment que le projet créeraient 42.000 emplois. Mais les démocrates, eux, jurent qu'il ne s'agirait que postes temporaires et que seuls 35 emplois permanents seraient créés.

Les républicains ont la possibilité de demander un nouveau vote, mais il leur faudrait une majorité de deux tiers, ce qui impliquerait le soutien de nombreux démocrates, une hypothèse improbable.

La Maison Blanche n'a donné aucun calendrier pour sa décision sur le fond, indiquant simplement qu'elle attendrait l'évaluation menée par le département d'Etat avant de se prononcer.

Mots-clés :