Pédophilie: Le Vatican va former les prêtres par Internet depuis Rome

CATHOLICISME Un centre a été inauguré lundi, après un essai de trois ans en Allemagne..

N.Beu. avec AFP

— 

Le Vatican le 2 juin 2014

Le Vatican le 2 juin 2014 — Vincenzo Pinto AFP

Pour aider les responsables religieux à prendre conscience du fléau de la pédophilie, encore tabou dans de nombreux pays, le Vatican peut s'appuyer sur l'expérience d'un centre de formation à distance, désormais installé à Rome. Lundi, son président, le père allemand Hans Zollner, a présenté ce centre abrité dans les locaux de l'université jésuite grégorienne, après une période d'essai de trois ans en Allemagne.

«Durant cette période, le programme d'e-learning (enseignement via Internet) a été soutenu par onze partenaires dans dix pays. Plus de mille religieux, religieuses, prêtres, laïques, l'ont suivi», ce qui a permis un premier bilan, a expliqué ce père jésuite à quelques journalistes. Actuellement en quatre langues (italien, anglais, espagnol, allemand), il sera aussi fourni en français, en polonais et en portugais. «Ce programme a montré sa force et ses limites», a observé la professeure belge Karlijn Demasure, directrice exécutive de ce Centre for child protection (CCP, Centre pour la protection de l'enfance). Il est par exemple trop élitiste, parce que seulement accessible à une élite intellectuelle, a-t-elle déploré, ajoutant qu'il serait prochainement rendu «moderne, réaliste, et plus accessible».

Une vraie prise de conscience

Président de la nouvelle Commission pontificale de protection des mineurs voulue par le pape, le cardinal américain Sean O'Malley est venu lire un message de soutien de François au père Zollner et au CCP, en partie financé par des fonds ecclésiaux allemands. «Le déménagement de ce centre à Rome est une opportunité pour offrir une formation à de nombreux religieux et prêtres», a-t-il fait valoir. Quelque 10.000 prêtres séjournent à Rome, notamment pour leurs formations courtes ou longues dans des universités pontificales. Ils seront souvent appelés à des responsabilités dans les diocèses les plus reculés. Le cardinal O'Malley a aussi émis l'idée que des formations soient offertes pour la Curie, le gouvernement de l'église, et aussi pour les jeunes évêques quand ils séjournent à Rome.

Ces cours, dispensés sur une durée assez longue, ont surtout pour but de sensibiliser les prêtres et autres religieux à ce problème afin qu'ils soient davantage en mesure de le prévenir, et d'être aussi, si nécessaire, mieux à l'écoute des victimes. La conscientisation se fait peu à peu: «Il y a deux ans encore, dans l'Eglise en Pologne ou en Croatie, peu de gens parlaient du problème, affirmant que cela concernait l'Europe de l'Ouest. Aujourd'hui, cela a totalement changé», relève le père Zoller.