Nigeria: «Nous avons tué le peuple de Baga», revendique Boko Haram

AFRIQUE Des centaines de personnes sont mortes dans l'attaque, début janvier...

20 Minutes avec AFP

— 

Des policiers nigérians patrouillent à Baga, dans le nord-est du Nigeria, le 30 avril 2013

Des policiers nigérians patrouillent à Baga, dans le nord-est du Nigeria, le 30 avril 2013 — Pius Utomi Ekpei AFP

Le chef du groupe armé Boko Haram a revendiqué l'attaque de la ville de Baga, qui a fait des centaines de morts début janvier, et menacé le Niger, le Tchad et le Cameroun, dans une vidéo mise en ligne mardi soir.

«Nous avons tué le peuple de Baga. Nous les avons en effet tués, comme notre Dieu nous a demandé de le faire dans Son Livre», déclare Abubakar Shekau dans une vidéo de 35 minutes publiée sur YouTube.

Ce message est diffusé alors que le Nigeria et ses voisins discutaient mardi à Niamey des moyens d'unir leurs forces contre les islamistes de Boko Haram, qui gagnent du terrain et menacent de déstabiliser les trois pays frontaliers du nord-est du pays (Niger, Tchad et Cameroun).

«Nous n'arrêterons pas»

Dans la vidéo, Abubakar Shekau apparaît devant quatre pick-ups blancs, aux côtés de huit hommes le visage dissimulé et lourdement armés. Aucune indication n'est donnée sur la date ou le lieu de l'enregistrement. «Nous n'arrêterons pas. Ce n'est pas grand chose. Vous verrez», dit le chef du groupe armé, relativisant l'étendue du massacre à Baga.

L'attaque début janvier contre la ville de Baga et plusieurs localités des rives du lac Tchad a été qualifiée par Amnesty International comme «la plus grande et la plus destructrice» des six années d'insurrection de Boko Haram et a fait «des centaines» de morts, voire plus.

A l'intention du Niger, du Tchad et du Cameroun, qui ont envoyé des contingents militaires pour lutter contre le groupe islamiste, Abubakar Shekau exhibe un important stock d'armes et prévient: «Les rois d'Afrique, vous êtes en retard. Je vous défie de m'attaquer maintenant. Je suis prêt.»

 

Mots-clés :