Capture d'écran de la chaine de télévision Fox news le 12 janvier 2015.
Capture d'écran de la chaine de télévision Fox news le 12 janvier 2015. - FoxNews

La caricature, chez Fox News on connaît bien. La chaîne de télévision réputée pour ses positions conservatrices a été critiquée à plusieurs reprises pour approximations et attaques racistes dans le traitement des attentats perpétrés en France la semaine dernière. Depuis mardi, elle est épinglée pour le nouveau dérapage d’un de ses «experts», qui a développé à l’antenne une vision quelque peu excessive de la communauté musulmane en France.

 

Interrogé lundi par un journaliste de Fox News, Nolan Peterson y explique qu’à quelques minutes de taxi de la Tour Eiffel, certaines rues de Paris «ressemblent à celles de Bagdad» en Irak, avec des «hommes qui se promènent dans la rue avec de T-shirts d’Oussama ben Laden» et décrit «un pays à l’intérieur du pays» alors qu’en image de fond apparaissaient des voitures incendiées et une carte de prétendues «zones interdites» («No-go zones») de la capitale

Des endroits «où ni les touristes ni les policiers n'osent aller»

Dans un article publié sur le site Foxnews, la chaîne de télévision développe et décrit des «centaines de zones interdites françaises » dans lesquelles «ni les touristes ni les policiers n’osent aller». De quoi parlent-ils exactement: des 751 quartiers «officiellement appelées zones urbaines sensibles ou ZUS, mais décrites comme "interdites" par un observateur». Parmi elles, figurent certains quartiers du nord et de l’est parisien comme la Goutte d’Or, Ménilmontant ou la porte Saint-Denis

A en croire, Fox News la France n’est pas le seul pays européen à avoir perdu la main sur ses villes. Dimanche, lors d'une discussion sur le multiculturalisme de la société britannique, un autre «expert» Steven Emerson indiquait à l’antenne que la deuxième ville britannique de Birmingham était entièrement musulmane: des délires qui lui ont valu d’être ridiculisé sur les réseaux sociaux  mais aussi d’être traité lundi de «parfait idiot» par le Premier ministre britannique David Cameron en personne

Mots-clés :