Pérou: L'ex-président Fujimori condamné à 8 ans pour détournement de fonds

JUSTICE L'ancien président a déjà été condamné à 25 ans de prison...

20 Minutes avec AFP

— 

L'ancien président Alberto Fujimori,  condamné pour détournement de fonds lors de sa campagne électorale en 2000, vendredi 9 janvier 201.

L'ancien président Alberto Fujimori, condamné pour détournement de fonds lors de sa campagne électorale en 2000, vendredi 9 janvier 201. — Martin Mejia/AP/SIPA

Un tribunal péruvien a condamné jeudi à huit ans de prison l'ex-président Alberto Fujimori, qui purge déjà une peine de 25 ans pour violation des droits de l'Homme, pour détournement de fonds lors de sa campagne électorale en 2000. La sentence n'a qu'une valeur symbolique car dans ce pays, seule la sanction la plus lourde s'applique. L'ancien dirigeant de 76 ans est emprisonné depuis 2007.

Il détournait des fonds public pour financer des tabloïds qui attaquaient l'opposition

Alberto Fujimori était cette fois poursuivi pour détournement, lorsqu'il était au pouvoir (1990-2000), de fonds publics (environ 40 millions de dollars) destinés aux forces armées, afin de financer plusieurs titres de presse tabloïd pour qu'ils attaquent l'opposition et publient des articles à sa gloire, en vue de sa réélection.

Outre sa condamnation à huit ans de prison, il devra verser trois millions de nouveaux sols (un million de dollars) comme dommages et intérêts à l'Etat. «Je ne suis pas d'accord avec la sentence, je suis innocent et je vais faire appel», a assuré l'ex-président d'origine japonaise.

Le procès, qui a duré quatorze mois, était la dernière des cinq procédures lancées contre Fujimori depuis son extradition depuis le Chili en 2007. En avril 2009, Fujimori avait été condamné à 25 ans de prison pour avoir commandité deux massacres perpétrés par un escadron de la mort en 1991-1992 au cours desquels 25 personnes avaient été assassinées, dont un enfant, dans le cadre de la lutte contre la guérilla maoïste du Sentier Lumineux.

Il a démissionné par fax depuis Tokyo

Au pouvoir depuis 1990, l'ancien président avait fui le Pérou pour le Japon, pays natal de ses parents, sur fond d'un énorme scandale de corruption, pour démissionner par fax depuis un hôtel de Tokyo à la fin 2000. Alberto Fujimori ayant obtenu la nationalité japonaise, Lima a passé des années à tenter en vain de convaincre Tokyo de l'extrader. Après une longue bataille juridique, c'est finalement le Chili, où il s'était rendu en 2005, qui avait extradé Alberto Fujimori en septembre 2007.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.