Des membres d'Amnesty International protestent contre la torture devant le Capitole aux Etats-Unis le 30 avril 2009. 
Des membres d'Amnesty International protestent contre la torture devant le Capitole aux Etats-Unis le 30 avril 2009.  - AFP

Un rapport choc. Les techniques renforcées d'interrogatoire de la CIA contre des détenus après le 11-Septembre «n'ont pas été efficaces» et ont été plus brutales que ce que l'agence d'espionnage avait reconnu jusqu'à présent, a conclu une enquête très attendue du Sénat américain mardi.

>> Le rapport en PDF ici (499 pages)

La commission du Renseignement du Sénat a rendu publique une version expurgée d'un minutieux rapport d'enquête parlementaire dénonçant la détention secrète d'une centaine d'hommes suspectés de liens avec Al-Qaïda, un programme autorisé secrètement sous la présidence de George W. Bush.

La CIA accusée d'avoir menti au Congrès et à la Maison Blanche

Barack Obama a dénoncé des méthodes «contraires» aux valeurs des Etats-Unis. «A aucun moment les techniques d'interrogatoire renforcées de la CIA n'ont permis de recueillir des renseignements relatifs à des menaces imminentes, tels que des informations concernant d'hypothétiques ''bombes à retardement'' dont beaucoup estimaient qu'elles justifiaient ces techniques», déclare dans un résumé la présidente de la commission, la démocrate Dianne Feinstein.

Le rapport accuse aussi la CIA d'avoir menti, non seulement au grand public mais aussi au Congrès et la Maison Blanche, sur l'efficacité du programme, notamment en affirmant que ces techniques avaient permis de «sauver des vies». Quant aux techniques utilisées, «elles étaient brutales et bien pires que ce que la CIA avait décrit aux élus», conclut le rapport.

Des responsables républicains ont immédiatement dénoncé un rapport partisan, une «réécriture d'événements historiques», selon un communiqué de Mitch McConnell, chef des sénateurs républicains, et du vice-président républicain de la commission du Renseignement, Saxby Chambliss.

Mots-clés :