Bernard-Henri Lévy à Saint-Paul-de-Vence en juillet 2013.
Bernard-Henri Lévy à Saint-Paul-de-Vence en juillet 2013. - DUCLOS/SIPA

«BHL dégage», «Non aux intérêts sionistes en Tunisie». C’est par ces cris et avec des pancartes et drapeaux palestiniens que des dizaines de manifestants tunisiens ont accueilli dans la nuit de vendredi à samedi de l'écrivain et philosophe français Bernard-Henri Lévy à son arrivée à l’aéroport de Tunis –Carthage.

Les manifestants ont bloqué la sortie principale des visiteurs à l'aéroport, poussant des agents de sécurité à faire sortir l'écrivain par une porte secondaire, a précisé Shems FM.

Selon Slim Amamou, l’ancien blogueur et ex- Secrétaire d’Etat de l’après-révolution, ce sont des Tunisiens embarqués à bord du même avion que BHL qui ont donné l’alerte à leurs compatriotes pour organiser la manifestation.

Demande d'enquête

Pourquoi BHL est-il venu en Tunisie? Selon certaines sources, il serait venu rendre visite au Libyen Abdelhakim Belhadj et l’islamiste tunisien Rached Ghannouchi.

En l’absence de confirmation, l'avocat Abdelaziz Essid a déclaré à la radio, qu'un groupe d'avocats allait réclamer l'ouverture d'une enquête par le ministère public pour définir la partie responsable de l’arrivée du philosophe Bernard Henri Lévy (BHL) en Tunisie.

Selon l’avocat, «BHL «représente un danger pour la sécurité nationale» en raison de «ses positions contre les intérêts des peuples arabes», «son engagement farouche ayant convaincu le président français Sarkozy d’entrer en guerre contre la Libye et ses écrits sur les réseaux sociaux dans lesquelles il menaçait clairement de faire éclater la guerre en Algérie».

Contacté par l'AFP, le porte-parole du ministère tunisien des Affaires étrangères, Mokhtar Chaouachi, s'est refusé à tout commentaire sur cette visite et la manifestation.

Mots-clés :