Le ministre des Affaires étrangères français Laurent Fabius lors d'une conférence de presse à Bagdad le 10 août 2014
Le ministre des Affaires étrangères français Laurent Fabius lors d'une conférence de presse à Bagdad le 10 août 2014 - Ali Al-Saadi AFP

Laurent Fabius s’en est pris violemment ce mardi à Catherine Asthon, la chef de la diplomatie européenne, pour qu’elle convoque une réunion en urgence des ministres des Affaires étrangères européens sur la situation en Irak

«On peut rester comme ça, dire ‘c'est désolant, on n'y peut rien’ mais telle n'est pas notre position. J'ai demandé à madame Ashton de réunir au plus vite le conseil des Affaires étrangères pour qu'on prenne au plus vite des décisions sur ce point. Et moi je redemande que ce soit fait d'urgence.  Je sais bien que dans les pays occidentaux c'est la période de des vacances mais enfin quand il y a des gens qui meurent, j'allais dire qui crèvent, il faut revenir de vacances», a lâché Laurent Fabius sur France info.

Laurent Fabius souhaiterait que l’UE, comme les Etats-Unis, livre des armes aux combattants kurdes qui luttent contre les djihadistes de l’Etat islamique et qu’une réunion des ministres européens avalise cette décision. «Il n'y a pas eu de date encore et moi je redemande que ce soit fait d'urgence», a insisté le ministre à la radio France Info.

Tortures et viols

Les deux ministres italien et français des Affaires étrangères ont en effet demandé dimanche et lundi à Catherine Ashton, la chef de la diplomatie européenne, une réunion en urgence de leurs homologuess'est exclamé le ministre.

Laurent Fabius qui s'est rendu dimanche à Bagdad puis à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien autonome, avait indiqué dans la soirée que face au déséquilibre entre les armements de l'Etat islamique (EI) qui progresse dans son offensive en Irak, et ceux des combattants kurdes irakiens, la question de livrer des armes à ces derniers devait être examinée «en liaison avec l'UE».

«Il s'agit d'aider les Kurdes, les Irakiens, à avoir les moyens de résister et si possible de battre» les jihadistes, dont l'intention est de «tuer tous ceux qui ne pensent pas comme eux, qui n'abjurent pas leur religion, et de pratiquer la torture et les viols systématiques» a-t-il précisé mardi. «Leur objectif c'est l'Irak, c'est la Syrie, la Jordanie, Israël, la Palestine, excusez du peu», a mis en garde Laurent Fabius.

Mots-clés :