La Chine détruit ses satellites et le monde occidental s’inquiète. Les Etats-Unis, le Japon et l’Australie ont fait part vendredi de leurs inquiétudes après la découverte, par les services de renseignements américains, que la Chine avait procédé avec succès à son premier essai d’une arme capable de neutraliser les satellites, le 11 janvier.

Lors de cet essai, les Chinois ont détruit un vieux satellite météo chinois avec une charge lancée par un missile balistique. La collision a eu lieu à quelque 800 km au-dessus de la Terre.

Jusqu’à présent, seuls les Etats-Unis et l’ex-Union soviétique avaient démontré leur capacité de détruire des objets dans l’espace. L'entrée de la Chine dans ce club très fermé, si cela était confirmé, ne manquerait pas de relancer le débat sur la militarisation de l’espace.

«Contraire à la coopération» sino-américaine

«Les Etats-Unis estiment que la mise au point par la Chine et l’essai de telles armes est contradictoire à l’esprit de coopération auquel aspirent nos deux pays dans le domaine de l’espace civil», a déclaré à Washington Gordon Johndroe, porte-parole du Conseil à la sécurité nationale de la présidence américaine. De fait, comme le note CNN, cet essai implique que la Chine «pourrait détruire des satellites chinois».

«Inquiétudes» nippones

A Tokyo, le porte-parole du gouvernement, Yasuhisa Shiozaki, a lui aussi exprimé ses «inquiétudes» concernant «l’exploitation pacifique de l’espace et de celui de la sécurité internationale».

La Chine a refusé tout commentaire officiel. Un porte-parole du ministère de la Défense a simplement assuré sous couvert de l’anonymat «ne pas être au courant». Le chef de la diplomatie nippone, Taro Aso, a cependant relaté une conversation avec le ministère chinois des Affaires étrangères assurant que ses intentions étaient pacifiques.

Des débris dangereux

Certes, mais reste la question des débris projetés dans l’espace, «dont l’éparpillement peut être source de problème», a ajouté le ministre japonais. Le gouvernement australien a également fait part de «son inquiétude» sur la possibilité de collisions entre des débris de satellites détruits et des satellites actuellement en fonction, «qui sont des équipements très coûteux», a-t-il rappelé.

Le rejet de débris avait été l'une des raisons principales qui avait poussé les Etats-Unis et l'Union soviétique à mettre un terme à leurs essais. Les derniers ont eu lieu au milieu des années 80, comme le rappelle le «New York Times».

L’Australie contre la militarisation de l’espace

Le gouvernement australien a quant à lui convoqué l'ambassadrice de Chine, Mme Fu Ying. «La capacité de détruire des satellites dans l’espace n’est pas conforme à l’opposition traditionnelle de la Chine à la militarisation de l’espace», a déclaré à la presse le ministre australien des Affaires étrangères, Alexander Downer.

.../... Plus d'infos à venir sur 20minutes.fr

Mots-clés :

Aucun mot-clé.