Un avion de la compagnie Malaysia Airlines. Illustration.
Un avion de la compagnie Malaysia Airlines. Illustration. - XinHua/SIPA

Christophe Quelais, avec AFP

Au lendemain de la disparition d’un Boeing 777, l’hypothèse d’une attaque terroriste s’est renforcée dimanche. La Malaisie a ouvert une enquête sur quatre passagers suspects du vol MH370 de Malaysia Airlines, qui effectuait la liaison entre Kuala Lumpur et Pékin. Parmi eux, au moins deux personnes ont utilisé des passeports européens volés à un Autrichien et à un Italien. Les Etats-Unis, qui avaient trois ressortissants à bord, ont envoyé sur place des agents du FBI, tout en soulignant qu’il n’y avait à ce stade aucune preuve de terrorisme. 


Disparition du vol Malaysia Airlines: Enquête... par 20Minutes

>> Suivre les développements de l’affaire ce lundi

Le vol MH370, qui transportait 227 passagers de quatorze nationalités, dont 153 Chinois et quatre Français, et 12 membres d’équipage, avait disparu des écrans radar une heure après son décollage, quelque part entre l’est de la Malaisie et le sud du Vietnam, sans avoir envoyé de signal de détresse.

Dimanche, l’aviation vietnamienne a repéré au large de ses côtes de possibles débris de l’appareil. Dans cette même zone de la mer de Chine, deux traînées de carburant de plusieurs kilomètres ont aussi été découvertes.

«Il existe une possibilité réelle que l’avion ait fait demi-tour», a toutefois déclaré le chef de l’armée de l’air malaisienne, le général Rodzali Daud, sur la foi d’analyses radar. Mais le patron de Malaysia Airlines, Ahmad Jauhari Yahya, a souligné que les systèmes d’alerte du Boeing auraient alors été déclenchés. «Quand il y a un demi-tour en vol, le pilote ne peut pas continuer comme prévu», a-t-il ajouté, notant que les autorités étaient «perplexes».