Un atout poids-lourd dans l’opposition. Avec ses 2,02 m pour 110 kg, le champion du monde en titre de boxe WBC des lourds Vitali Klitschko –à ne pas confondre avec son frère Wladimir, champion du monde WBA, WBO et IBF des lourds et fiancé de l'actrice américaine Hayden Panettiere- est devenu l'un des leaders les plus en vue de l’opposition, en prenant la tête des manifestations monstres qui ont secoué Kiev le week-end dernier, au côté du nationaliste Oleg Tiagnibok et de l'ex-chef du Parlement Arseni Iatseniouk du parti Batkivschina (la Patrie), parti de la charismatique égérie de la Révolution orange de 2004, Ioulia Timochenko, emprisonnée.

Mais le boxeur de 42 ans, surnommé «Dr. poings d'acier», n’est pas entré dimanche dans l’opposition. Il s'est lancé en politique en 2004, a été élu en 2006 conseiller municipal à Kiev, dont il a échoué à prendre la mairie, puis a pris en 2010 la tête de l'Alliance démocratique ukrainienne pour la réforme, Udar, acronyme qui ­signifie «coup». Le parti libéral et pro-européen ­est devenu la troisième force du pays lors des élections parlementaires ukrainiennes de 2012, et Klitschko, tête de liste, a été élu député.

Un «sportif intellectuel»

Très engagé dans la lutte contre la corruption, généralisée en Ukraine, ce millionnaire bénéficie de la réputation rare d'avoir fait fortune honnêtement, en tirant profit de ses victoires sportives et des placements effectués avec l'argent récolté, et jouit d'une énorme popularité dans son pays. Né en 1971 au Kirghizstan, une ex-république soviétique d'Asie centrale où son père, officier de l'armée de l'air, était en poste, Vitali Klitschko revient à Kiev en 1985, et commence par pratiquer le kick boxing, avant de se passionner pour la boxe anglaise.

Il devient professionnel en 1996, et enchaîne les combats, victorieux pour la grande majorité: il remporte 45 victoires en 47 combats, dont 41 par K.-O., devenant le détenteur du second meilleur pourcentage de K.-O. de l'histoire de la boxe poids-lourds. La Révolution orange amène ce «sportif intellectuel» -il parle couramment quatre langues et est titulaire d'un doctorat après avoir soutenu une thèse sur les «méthodologies de l'évaluation des performances des boxeurs»- à changer de ring.

Boxe ou politique?

Alors que son avenir dans la boxe est encore incertain -absent des rings depuis août 2012, il doit dire avant le 15 décembre à la WBC s'il compte ­remettre son titre en jeu- Klitschko a d’ores et déjà annoncé qu'il serait candidat à la présidentielle de 2015. Des sondages parus en octobre le donnent vainqueur face au président sortant, lui aussi déjà candidat, lors d'un éventuel deuxième tour. 

En attendant, le colosse galvanise toujours les manifestants qui continuent d'occuper la place de l'Indépendance malgré le rejet de la motion de défiance contre le gouvernement mardi au Parlement. «Je vous appelle à ne pas baisser les bras. Il nous faut un nouveau pouvoir», a-t-il lancé mardi.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.