Attaque de Nairobi: Doutes sur la présence d'une Britannique

2 contributions
Publié le 25 septembre 2013.

TERRORISME - Après 80 heures de siège, les derniers membres du commando ont été capturés par les forces de l'ordre...

Les shebab affirment que 137 otages ont péri dans le Westgate à Nairobi. Le président kényan «Uhuru Kenyatta et son gouvernement doivent être tenus pour responsables» de la perte «des vies des 137 otages qui étaient détenus par les moujahidines», ont écrit les shebab sur Twitter, accusant les forces kényanes d'avoir utilisé «des gaz chimiques» pour mettre fin au siège et d'avoir «provoqué l'effondrement du bâtiment, enterrant les preuves et tous les otages sous les décombres».

Aucune femme dans le commando

Les insurgés islamistes somaliens shebab, qui ont revendiqué l'attaque du centre commercial de Nairobi, ont affirmé mardi soir qu'aucune femme n'avait été impliquée dans l'opération, démentant des rumeurs persistantes depuis le début de l'agression samedi.

Les shebab «démentent catégoriquement l'implication d'une femme dans l'opération» du Westgate, ajoutant: «Nous avons un nombre suffisant de jeunes hommes totalement dévoués et nous n'employons pas nos sœurs dans de pareilles opérations militaires». La déclaration des shebab est intervenue peu après l'annonce, par le président kényan Uhuru Kenyatta, de la fin de l'attaque meurtrière.

Une personne britannique détenue à Nairobi

Pourtant, une personne de nationalité britannique est détenue à Nairobi dans l'enquête sur l'attaque du centre commercial Westgate revendiquée par les islamistes somaliens shebab, a annoncé mercredi le ministère britannique des Affaires étrangères, sans préciser s'il s'agit d'un homme ou d'une femme.

Trois jour de deuil national

Le Kenya entamait mercredi un deuil national de trois jours après l'attaque meurtrière du centre commercial Westgate à Nairobi, où les secours commençaient à fouiller les décombres à la recherche de cadavres et d'éventuels explosifs.

L'attaque lancée samedi, revendiquée par les insurgés islamistes somaliens shebab, a coûté la vie à au moins 61 civils, six membres des forces de sécurité kényanes et cinq assaillants. Presque autant de personnes sont portées disparues et 175 ont été blessées.

Avec AFP
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr