Le prix international de la Paix des enfants remis à la rescapée des talibans, Malala Yousafzai

INTERNATIONAL La Pakistanaise, âgée de 16 ans, lutte depuis 2009 pour le droit des filles du monde entier à l'éducation...

Bérénice Dubuc

— 

La militante des droits de l'Homme, Malala Yousafzaï, en juillet 2012 à New York. 

La militante des droits de l'Homme, Malala Yousafzaï, en juillet 2012 à New York.  — ANDREW BURTON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Seize ans seulement et déjà récompensée pour son action en faveur de la paix. La Pakistanaise Malala Yousafzai doit recevoir ce vendredi à La Haye le Prix international de la paix pour les enfants, attribué par la fondation néerlandaise KidsRight. Cette récompense décernée tous les ans depuis 2005 s'accompagne d'un don en espèces de 100.000 euros, alloué à des projets liés à l'action du lauréat, en l’occurrence pour Malala, sa lutte pour le droit des filles du monde entier à l’éducation.

La jeune Pakistanaise, qui recevra son prix des mains du militant des droits de l'Homme yéménite et Prix Nobel de la Paix 2011 Tawakkol Karman, s’est fait connaître dans le monde entier en 2009: à seulement 11 ans, elle tenait, sous pseudonyme, un blog de la BBC où elle dénonçait le manque d’accès à l’éducation pour les jeunes filles depuis que les talibans contrôlaient sa région, la vallée de Swat.

«Les crayons et les livres sont des armes»

Le 9 octobre 2012, pour la punir de son engagement, deux combattants talibans attaquent le bus qui la conduit à l’école. Malala est touchée à l’épaule et à la tête. Opérée au Pakistan puis transférée en Grande-Bretagne, elle reste quinze jours entre la vie et la mort. Sortie de l’hôpital en février, elle est scolarisée à Birmingham, où sa famille l'a rejointe, et d’où elle continue son combat à travers la Fondation Malala.

Elle a ainsi inauguré une nouvelle bibliothèque publique dans la deuxième ville du Royaume-Uni, affirmant que «les crayons et les livres sont les armes qui mettent en échec le terrorisme». «Il n'y a pas de plus grande arme que la connaissance et pas de plus grande source de connaissance que l'écrit.»

Le 12 juillet, rappelant que 57 millions d'enfants dans le monde n'allaient pas à l'école, elle a présenté à l’ONU des recommandations en matière d’éducation, et lancé un vibrant appel à la tolérance, affirmant qu’elle ne se laisserait pas intimider par les talibans qui ont cherché à l’assassiner. Elle figure parmi les candidats au Prix Nobel de la Paix 2013.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.