Syrie: L'opposition annonce 1.300 morts dans une attaque qui pourrait être au gaz toxique

CONFLIT Damas dément toute utilisation de gaz toxique...

avec AFP

— 

Capture d'écran d'une image mise en ligne le 21 août 2013 sur YouTube montrant les corps de Syriens sur le point d'être enterrés.

Capture d'écran d'une image mise en ligne le 21 août 2013 sur YouTube montrant les corps de Syriens sur le point d'être enterrés. — DSK / Local Committee of Arbeen / AFP

Quelque 1.300 personnes auraient été tuées ce mercredi dans des bombardements de l'armée syrienne visant la région de Damas, selon l'opposition. Il y aurait également eu utilisation de gaz toxiques, selon des militants syriens, ce que Damas dément.

L'attaque a eu lieu après minuit, dans les zones de la Ghouta orientale et la Ghouta occidentale, dans la région de Damas, en ayant recours à l'aviation et aux lance-roquettes,  a précisé l' l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'usage des gaz toxiques en question

Les Comités populaires de coordination (LCC) parlent pour leur part de plusieurs «centaines de morts», mais ce bilan ne pouvait être vérifié auprès d'autres sources. Les LCC font état de «plusieurs centaines de martyrs, et autant de blessés, essentiellement des civils dont des dizaines de femmes et d'enfants, tués par l'utilisation (...) de gaz toxiques de la part du régime criminel sur les localités de la Ghouta-Orientale à l'aube».

Ils accusent «le régime d'avoir commis un crime indescriptible à l'aide d'armes chimiques dans ces zones submergeant les hôpitaux de campagne avec des centaines de victimes alors qu'il y une grave pénurie de matériel médical nécessaire pour les secours». La Commission générale de la révolution syrienne a diffusé sur YouTube des vidéos présentées comme illustrant un massacre épouvantable commis par les forces du régime à l'aide de gaz toxiques, faisant plusieurs dizaines de martyrs et de blessés».

 

 

 

Mais Damas a démenti ce mercredi tout usage d'armes chimiques.  «Les allégations sur l'utilisation d'armes chimiques par l'armée arabe syrienne aujourd'hui dans des régions de la banlieue de Damas (...) sont nulles et non avenues et totalement infondées», a indiqué l'armée dans un communiqué lu par un officier à la télévision officielle syrienne.

«Ces allégations (colportées) par les groupes terroristes et les chaînes satellitaires les soutenant ne sont qu'une tentative désespérée de cacher leurs échecs sur le terrain et reflètent l'état d'hystérie et d'effondrement dans lequel se trouvent ces groupes», ajoute le communiqué.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.