En Tunisie, elle est la première femme à avoir posé seins nus sur son profil Facebook. Avec la mention : « Mon corps m'appartient, il n'est l'honneur de personne. » Mais, depuis jeudi dernier, Amina Tyler, 19 ans, n'a pas donné signe de vie à ses proches et, notamment, aux activistes féministes des Femen dont elle s'inspire. Ses amis s'inquiètent car « elle avait reçu des menaces notamment de [l']imam Adel Almi qui a souhaité sa mort par lapidation », écrivent-ils sur un site de soutien. La page Facebook d'Amina avait été piratée mercredi soir par des islamistes qui disaient souhaiter faire disparaître de Tunisie « ces saletés ».

La piste familiale


Selon ses soutiens, Amina aurait en fait été enlevée par sa propre famille, qui avait très mal réagi à son activité militante. « Nous avons appris que la famille expliquait qu'elle était folle, traitée, voire internée, en hopital psychiatrique. Personne n'a pu confirmer cela dans les hôpitaux. En revanche, une personne se présentant comme sa tante a revendiqué la séquestration. Sous la dictature, traiter ceux qui n'étaient pas d'accord de fous était fréquent », peut-on lire sur le site de soutien.

« Nous voulons simplement lui parler directement », explique l'essayiste féministe Caroline Fourest, qui a lancé un mouvement de soutien, mais ne compte pas sur les autorités tunisiennes pour retrouver la jeune femme. Selon elle, une vidéo montrerait que des policiers en civil auraient participé au rapt. Une information difficile à étayer. « Qui portera plainte pour Amina ? Personne. C'est pour cela que nous devons amplifier la mobilisation. »

Depuis quelques jours, des dizaines d'internautes ont publié des photos d'elles torse nu, en signe de solidarité.

■ précédent

La blogueuse égyptienne Aliaa Magda Elmahdy avait elle aussi publié une photo d'elle nue. Elle vit désormais en Suède.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.