Avec Reuters

Un militant de l'opposition égyptienne a été retrouvé ce vendredi portant des traces de coups et ligoté dans le désert près du Caire, quatre jours après sa disparition lors d'une manifestation contre le président Mohamed Morsi, apprend-on auprès des services de sécurité et d'un autre militant.

Ibrahim Hanafi, qui est soigné pour des contusions au dos, travaille pour le Front de la liberté pour le changement pacifique. Son travail consiste à rassembler des preuves de faits contraires à la loi de la part d'hommes politiques islamistes, explique le coordinateur général de l'association, Essam el Charif. «Nos collègues du mouvement et la police l'ont trouvé attaché à un arbre, nu et porteur d'une lettre de menaces (...) contre quiconque parlera (en mal) des Frères», ajoute le responsable, en référence aux Frères musulmans qui ont porté le président Morsi au pouvoir en juin. La confrérie n'a rien à voir avec les violences contre Ibrahim Hanafi, a déclaré une porte-parole.

Agressions de militants

La découverte de cet opposant a été confirmée par une source des services de sécurité, qui n'a pas dit en revanche s'il était attaché à un arbre et n'a pas non plus mentionné la présence de cette lettre. Plusieurs agressions de militants ont été signalées ces derniers mois par les groupes d'opposition après des critiques contre le gouvernement islamiste.

Des heurts se sont produits ces dernières semaines entre la police anti-émeute et des opposants au président Morsi, qui l'accusent de confisquer le soulèvement populaire qui a conduit il y a deux ans au départ de Hosni Moubarak. Depuis la fin janvier, une soixantaine de personnes ont été tuées à la faveur de troubles qui ont éclaté à l'occasion de l'anniversaire du renversement de l'ancien raïs. Partisans et adversaires de Mohamed Morsi ont manifesté vendredi au Caire.