Avec Reuters

Le président camerounais, Paul Biya, a déclaré mercredi à Paris que les esprits évoluaient dans son pays sur le thème de l'homosexualité, qui y est interdite. Comme dans nombre de pays africains, l'homosexualité est prohibée par le code pénal au Cameroun, où les peines peuvent aller de six mois à cinq ans de prison.

«Avant que je sois président, l'article 347 punissait cette chose, ce délit», a déclaré Paul Biya à la presse dans la cour de l'Elysée après une rencontre avec François Hollande. «Maintenant, ce que je peux dire c'est qu'il y a discussion. Les gens discutent, les esprits peuvent évoluer dans un sens ou dans un autre mais actuellement, c'est un délit», a ajouté le président camerounais, au pouvoir depuis plus de trente ans.

Début janvier, deux Camerounais jugés coupables d'homosexualité et condamnés en novembre 2011 à cinq ans de prison ont été acquittés par la cour d'appel de Yaoundé. «Nous venons d'apprendre que des gens de tribus condamnés pour homosexualité ont été libérés, donc il y a une évolution des esprits, il ne faut pas désespérer», a dit Paul Biya.