Il n'y a pas de "système autoritaire" en Russie, a affirmé jeudi le président Vladimir Poutine, avant de se lancer dans une vive critique des Etats-Unis et de soutenir l'interdiction faite désormais aux Américains d'adopter des enfants russes.
Il n'y a pas de "système autoritaire" en Russie, a affirmé jeudi le président Vladimir Poutine, avant de se lancer dans une vive critique des Etats-Unis et de soutenir l'interdiction faite désormais aux Américains d'adopter des enfants russes. - Kirill Kudryavtsev afp.com

Il n'y a pas de «système autoritaire» en Russie, a affirmé jeudi le président Vladimir Poutine, avant de se lancer dans une vive critique des Etats-Unis et de soutenir l'interdiction faite désormais aux Américains d'adopter des enfants russes.

«Qualifier d'autoritaire notre système, je ne le peux pas, je ne peux pas être d'accord avec ça. La meilleure preuve, c'est ma décision de quitter mon poste après deux mandats. Si j'avais considéré que la voie de l'autoritarisme était préférable, j'aurais changé la Constitution, c'était facile», a-t-il déclaré au cours de sa première grande conférence de presse depuis son retour au Kremlin cette année pour un troisième mandat.

Vladimir Poutine avait quitté son poste de président en 2008, après deux mandats de quatre ans. Il avait alors laissé sa place à Dmitri Medvedev, dont il était devenu le Premier ministre, avant de revenir au Kremlin en mai dernier.

Au cours de l'année écoulée, Vladimir Poutine a été confronté à un mouvement de contestation sans précédent, l'opposition lui reprochant d'avoir considérablement limité les libertés publiques. Plusieurs dizaines d'opposants sont en prison et certains, en détention préventive, risquent 10 ans de camp.

«On a le sentiment chez nous que la démocratie, c'est le trotskysme, c'est l'anarchie... mais ce n'est pas le cas. Si quelqu'un considère que la démocratie et le respect des lois sont deux choses différentes, il se trompe», a poursuivi Vladimir Poutine.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé