Le secrétaire général de l'Otan a rejeté lundi les accusations de l'armée iranienne, dont le chef d'état-major a affirmé que le déploiement de batteries de missiles antimissile Patriot en Turquie menaçait de provoquer une guerre mondiale.

«Je rejette totalement ces allégations. Nous avons clairement dit dès le départ que ce déploiement de Patriot était une mesure purement défensive», a déclare Anders Fogh Rasmussen lors d'une conférence de presse à Bruxelles. «Nous sommes là pour défendre et protéger notre allié turc. Nous n'avons aucune intention offensive de quelque sorte que ce soit», a-t-il ajouté.

Le chef de l'armée iranienne évoque une «guerre mondiale»

L'Otan a accepté au début du mois, à la demande d'Ankara, de déployer des batteries de missiles antimissile dans le sud de la Turquie, à proximité de la frontière syrienne. Six batteries de missiles antimissile seront envoyées dans les semaines à venir par les Etats-Unis, l'Allemagne et les Pays-Bas.

Pour le général Hassan Firouzabadi, chef d'état-major de l'armée iranienne, ce déploiement préparerait le terrain à une «guerre mondiale». «Chacun de ces Patriot est une marque noire sur la carte du monde et vise à provoquer une guerre mondiale», a déclaré le général iranien, cité samedi par l'agence de presse Isna. «Ils se préparent à une guerre mondiale, et c'est très dangereux pour l'avenir de l'humanité et pour l'avenir de l'Europe elle-même.»

Mots-clés :