Des armes de poing
Des armes de poing - REUTERS/J. SALDARRIAGA

Annabelle Laurent

Parce qu’elle a touché une école primaire, à un moment où la NRA, le lobby des armes perd de l’influence, la tuerie de Newton pourrait changer le débat sur le contrôle des armes aux Etats-Unis.  Mais Barack Obama n’a pas pour autant pris le risque de le relancer lors de sa prise de parole. Quant aux pro-armes, ils restent plus déterminés que jamais. Leur objectif: autoriser les armes dans les «gun-free zones»: écoles, églises, hôpitaux.

«Ce type de tragédies est difficile à accepter, mais si une seule personne – un professeur ou un parent – pouvait légalement porter une arme, cela aurait pu limiter la pagaille» a expliqué Rob Harris de l’organisation pro-arme «Michigan Open Carry». Autoriser le port d’armes au sein des écoles offrirait, à ses yeux, «une chance de combattre le mal dans ce monde».

La tragédie aurait «peut-être été minimisée»

La tragédie «n’aurait pas été évitée, mais elle aurait peut-être été minimisée» estime également Steve Dulan de la «Michigan Coalition of Responsible Gun Owners» dans une interview au Huffington Post. «Nous savons que les citoyens armés se défendent tout le temps, dans de nombreux contextes différents» a-t-il affirmé.

Sur la plateforme de pétitions hébergée par le site de la Maison Blanche, un texte réclamant «une arme dans chaque salle de classe» avait recueilli samedi en milieu de journée 1423 signatures.