Barack Obama: «Les Etats-Unis ont trop souvent vécu des fusillades comme celle-ci»

REACTIONS Les présidents américain et français ont fait part de leur émotion après la fusillade meurtrière dans le Connecticut...

N. Bg. avec Reuters

— 

Barack Obama réagit à la tuerie de Newtown (Connecticut), le 14 décembre 2012.

Barack Obama réagit à la tuerie de Newtown (Connecticut), le 14 décembre 2012. — REUTERS/Larry Downing

Barack Obama a fait part de son émotion vendredi soir après la fusillade dans une école du Connecticut, tandis que depuis la France, François Hollande s’est dit «horrifié» dans une lettre adressée au président des Etats-Unis.

>> Suivez par ici les événements à Newtown en direct

Celui-ci a promis de mettre toutes les ressources nécessaires à la disposition des autorités du Connecticut après la tuerie dans l'école Sandy Hook de Newtown et a dit son émotion à la suite de cette nouvelle fusillade. «Nos coeurs sont brisés aujourd'hui», a-t-il dit dans une courte intervention retransmise par les télévisions, notant que la plupart des victimes étaient âgées de 5 à 10 ans.

Obama les larmes aux yeux

Il a également listé la longue série de fusillades survenues ces derniers temps aux Etats-Unis, citant notamment la tuerie dans un cinéma d'Aurora, dans la banlieue de Denver. «Les Etats-Unis ont trop souvent vécu des fusillades comme celle-ci», a-t-il dit, la voix empreinte d'émotion et les larmes aux yeux, avant d'ajouter que le pays devra entreprendre une action profonde sur ce sujet, sans a priori politique.

(voir la vidéo ci-dessous, sous-titrée par France TV Info)

Peu après, le gouverneur du Connecticut a avoué qu’«on ne peut jamais être préparé à ce genre d’incident. Ce qui s’est passé (…) nous a tous marqués au fer rouge». Il a souhaité «que tous les citoyens, aux Etats-Unis et à travers le monde, prient pour les victimes». «Le mal a visité notre communauté», a-t-il déclaré plus tard dans la journée.

Jay Carney, le porte-parole de la présidence, avait déclaré un peu plus tôt vendredi que le moment n'était pas au débat sur les implications politiques de ce nouveau drame.

François Hollande «consterné», la France «solidaire»

Depuis la France, François Hollande a fait part de son «horreur» dans une lettre destinée au président Obama. . «Dans ce contexte tragique, je souhaite vous dire toute mon émotion et ma consternation devant cet acte de violence effroyable ayant visé une école primaire et qui a fait de nombreuses victimes», a écrit le Président fançais. Le ministère français des Affaires étrangères a tenu dans un communiqué à «faire part de toute sa solidarité aux autorités et au peuple américains et à exprimer ses condoléances aux familles des victimes et à leurs proches».