Le Qatar a exceptionnellement autorisé ce  samedi une manifestation qui a réuni 300 personnes dans le centre de Doha pour exiger des mesures de lutte contre le réchauffement climatique et de meilleures conditions de travail pour les migrants.

Les manifestants, principalement des étrangers qui participent à la réunion sur le climat qui se déroule dans l'émirat jusqu'au 7 décembre, ont scandé des slogans appelant les dirigeants arabes à montrer l'exemple dans ce domaine.

Plus de liberté pour les ouvriers migrants

Le Qatar est le premier pays du monde pour l'émission de gaz à effet de serre par habitant. Les négociations, auxquelles participent quelque 200 pays, visent à prolonger le protocole de Kyoto, traité qui s'inscrit dans la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques et qui demande à une quarantaine de pays développés de réduire d'au moins 5,2% leurs niveaux d'émissions de CO2 de 1990 pour la période 2008-2012.

Dans le cortège qui a défilé au pied des gratte-ciel devant le front de mer, des manifestants ont réclamé plus de liberté pour les ouvriers migrants qui représentent 94% de la population active du pays. «Les travailleurs migrants n'ont pas de droits, ils ne peuvent pas faire entendre leur voix ici au Qatar», a déclaré Sharan Burrow, secrétaire général de la confédération syndicale internationale.

«Il y aura plus d'ouvriers qui vont mourir en construisant les stades que de joueurs alignés sur la pelouse», a-t-il ajouté.  L'émirat, qui doit organiser la Coupe du monde de football en 2022, devrait connaitre une forte croissance de son secteur du BTP dans les années à venir.

Mots-clés :