Des manifestants musulmans prient dans le centre d'Athènes, en Grèce, le 23 septembre 2012.
Des manifestants musulmans prient dans le centre d'Athènes, en Grèce, le 23 septembre 2012. - REUTERS/John Kolesidis

Nicolas Bégasse avec Reuters

Les manifestations d’opposition au film américain L’innocence des musulmans et aux caricatures de Mahomet publiées la semaine dernière en France dans Charlie Hebdo se sont poursuivies ce week-end dans le monde musulman, dans une ambiance plus calme et apaisée.

Des étudiants iraniens ont scandé «Mort à l'Amérique» et «Mort à Israël» devant l'ambassade de France à Téhéran, ce qui avait déjà été le cas jeudi, au lendemain de la sortie des dessins de Mahomet dans Charlie Hebdo. Au Nigeria, des chiites ont brûlé des drapeaux des Etats-Unis, de la France et d'Israël dans la ville de Katsina, et un dirigeant religieux a appelé à poursuivre les manifestations jusqu'à ce que les auteurs du film et des dessins soient punis. Des drapeaux américains et israéliens ont également été brûlés par près de 200 manifestants en Turquie, un pays allié des Etats-Unis et souvent vu comme un pont entre l'Occident et le monde musulman.

Un ministre pakistanais agressif mais désavoué

A Athènes, quelques manifestants ont lancé des bouteilles d'eau, des pierres et des chaussures sur la police, qui a répondu par des gaz lacrymogènes. Le calme est revenu quand les manifestants se sont mis à prier. Au Bengladesh, une grève générale a été suivie dans une ambiance globalement apaisée. Au Pakistan, où quinze personnes ont été tuées vendredi au cours de précédentes manifestations, un ministre a offert 100.000 dollars (77.000 euros) à quiconque tuerait le réalisateur de «L'innocence des musulmans». Il a cependant été désavoué dimanche par son gouvernement. «Ce n'est pas la politique du gouvernement. Nous nous dissocions totalement de cela», a déclaré à l'AFP un porte-parole du Premier ministre Raja Pervez Ashraf.

La «maturité» saluée des musulmans français

En France, la «maturité» des musulmans français a été saluée par le recteur de la Grande mosquée de Paris Dalil Boubakeur tandis que les nombreux appels à manifester ont été peu suivis. Une cinquantaine de personnes ont tout de même été interpellées samedi, mais aucun incident n’est à déplorer. Un jeune manifestant de 24 ans, interpellé pour avoir participé samedi à une manifestation illégale à Paris, a été condamné à trois mois de prison ferme. Dimanche, un jeune radical de 18 ans soupçonné d’avoir a été mis en examen pour «association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste» par un juge antiterroriste après avoir menacé sur Facebook les responsables de Charlie Hebdo.

Signe parlant de retour au calme: le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, plus habitué aux déclarations provocatrices qu’aux efforts diplomatiques, a condamné l’initiative du ministre pakistanais qui avait réclamé la tête du réalisateur de «L’innocence des musulmans» ce lundi. Dans une interview accordée à CNN, il s’est contenté d’appeler de ses voeux «le jour […] où les politiciens ne chercherons plus à offenser les saints des autres.»