La une du jour

Communauté

Mayne

Vos derniers commentaires

  • Mayne

    Bof bof bof... On peu toujours rêver en attendant la suite. Hollande nous a bien fait plané il y a 5 ans.

  • Mayne

    De la part de Charli Hebdo vous vous attendiez à quoi ? Ils ont déjà fait pire et tout le monde c'est marrés.

  • Mayne

    Au rythme où vont les choses, dans le futur il faudra passer des tests psychologiques pour avoir le droit d'avoir des enfants. Corriger un enfant avec un taser parce qu'il fait du bruit. Les flics auraient dû lui donner un petit coup bien entendu sans le faire exprès...

  • Mayne

    Votre ironie concernant un sujet aussi grave fait mal. Hélas, les souvenirs reviennent avant 50 ans et suivant ce que vous avez subi, ils sont destructifs. Et, j'ai travaillé de l'age de 18 ans jusqu'à la retraite.

  • Mayne

    En fait lorsque que l' on est petit enfant on oublie pour ne plus souffrir et avoir peur. Mais, le souvenir est là et il y reste jusqu'au jour ou il revient avec tout les détails, et cela fait très mal. J'avais 7 ans j'en ai 69 et les souvenirs les images les peurs que j'avais sont toujours là, intacte et cela malgré les soins. Cela a eu d'énormes conséquences sur ma vie d'adulte.

  • Mayne

    Nos impôts... Donc nous.

  • Mayne

    Bonjour à tous. J'ai 69 ans J'avais 7 ans quand cela à commencé 10 ans 1/2 lorsque ça c'est arrêté. Et oui j'ai complètement tout oublié et le souvenir est revenu comme un boum rang je jour de mon accouchement. Une horreur. Et, c'est à ce moment à fur et à mesure que les souvenirs revenaient et ce précisaient que la souffrance a commencé. Et, elle dure toujours malgré les années passés chez les psy. Alors oui pour les 30 ans.

  • Mayne

    Je trouvais les élections américaine lamentable mais je ne croyais pas voir les mêmes dérives dans mon pays. Ils doivent bien se marrer à l'étranger. " Ils sont fou ces français "

  • Mayne

    Croyez vous vraiment que cette femme qui est aussi une mère de famille se réjouisse de la mort et de la souffrance physique de ces pauvres gens qui ont eu la malchance de se trouvés au mauvaise endroit au mauvais moment.

  • Mayne

    Je suis d'accord avec cela, mais si un proche meure d'un cancer au poumon, j'arrête de fumer, si c'est d'un accident de voiture, j'y penserai chaque fois que je prend le volant etc... Mais, d'accord avec toi la psychose non. Mais, vas expliqué cela à une maman qui a perdu un enfant dans un attentat...

  • Mayne

    La politique française n'a rien à y voir. Il y a des attentats partout dans le monde. Chaque pays fait ce qu'il peut pour se protégé, mais il est impossible d'être partout à la fois. En soit ma vie n'a pas changé, mais si ma famille va au marché de NOEL je suis heureuse qu'en ils sont de retour à la maison. Je ne vis pas dans la peur mais, il y a 20 ans on n'avait pas une petite appréhension à l'entrée d'un parc d'attraction ou en allant au cinéma, et ça quelque soit le pays. Vivre en ayant peur de tout et partout n'est pas vivable, mais actuellement tenant compte des événements dans le monde, est il raisonnable de ne pas en tenir compte... Les familles qui ont perdus un proche croyez vous qu'elles crient au et fort " on n'a pas peur " et qu'elles vivent comme avant. Et, pourtant le pourcentage que cela arrive à nouveau dans leur famille est de zéro.

  • Mayne

    Et c'est reparti pour un tour... Peur de se distraire et de se promener en famille de faire des courses d'amener les enfants à l'école d'aller au spectacle... Doit on s'enfermer et ne plus sortir de la maison. Inconsciemment la peur est au fond de nous et il va falloir vivre avec...

  • Mayne

    Quand c'est fini ça recommence. Décidément on en fini pas avec les actes de violence.

  • Mayne

    Au moins, il a le mérite d'être lucide.

  • Mayne

    Aménagement de peine pour 1 ou 2 ans ferme... Oui, si vous êtes VIP Par contre, 3 mois de remise de peine par année et possibilité de demander une sortie en conditionnel a mi peine. Maintenant, s'il vous reste moins de 2 ans à faire après jugement vous allez en maison d'arrêt ou la détention pour les femmes est plus difficile qu'en centrale.

Retour en haut de page