Alain Weill, président du groupe NextRadioTV (BFM, RMC, BFM TV...), le 2 septembre 2011 au Musée du Quai Branly.
Alain Weill, président du groupe NextRadioTV (BFM, RMC, BFM TV...), le 2 septembre 2011 au Musée du Quai Branly. - AFP PHOTO/PIERRE VERDY

A. C.

«Consécration pour 2012 et maturité pour 2013». C’est par ces mots qu’Alain Weill, patron de NextRadio TV et donc de BFM TV, a ouvert mercredi midi  la conférence de rentrée de la chaîne d’information continue. Des propos qui manquent certes de modestie mais qui ne sont pas faux non plus. Du moins pour l’année 2012, qui de fait, a vu l’audience et l’assise de BFM TV beaucoup progresser. Notamment, grâce à l’affaire Mérah, qui, comme l’a rappelé le Directeur général du groupe, Guillaume Dubois, a «permis à la chaîne d’atteindre des pics de 40% d’audience pendant l’assaut». Quant aux critiques adressées à la chaîne à cette occasion, «on assume ce qui a pu être fait», insiste Dubois.

Du coup, à l’heure où la chaîne annonce fièrement réaliser «le double de l’audience de la 2ème chaîne d’info», à savoir i-Télé, c’est avec CNN quAlain Weill établit des comparaisons. «CNN a une moyenne de 400.000 téléspectateurs par quart d’heure, BFM TV en a 200.000».  Des chiffres qui n’incitent pas trop à modifier la grille. Néanmoins, «pour ne pas être identifié seulement à l’info brute», souligne Béatrice Hemery, directrice déléguée antenne, la chaîne se lance dans le grand reportage et le magazine. «7 jours BFM» sera ainsi animé chaque samedi à 18h par Thomas Misrachi. La direction dit aussi avoir sollicité François Hollande pour une interview et s’être positionnée pour organiser un débat entre les candidats à l’UMP dès le mois de juin.