Le journaliste de BeIn Sport Xavier Domergue avant la rencontre Rennes-Lyon (samedi 11 août 2012).
Le journaliste de BeIn Sport Xavier Domergue avant la rencontre Rennes-Lyon (samedi 11 août 2012). - J. GICQUEL / APEI / 20 MINUTES

A Rennes, Jérôme Gicquel

Joueurs et entraîneurs n’étaient pas les seuls à faire leur rentrée sur les pelouses de Ligue 1 samedi soir. Les équipes de BeIn Sport étaient également à pied d’œuvre pour le premier multiplex de la saison sur la chaîne qatarie, lancée en France le 1er juin dernier et qui compte déjà plus de 500.000 abonnés.

>> Revivez la première journée de Ligue 1 en live comme-à-la-maison par ici

Après le match inaugural Montpellier-Toulouse vendredi soir, codiffusé par BeIn Sport et Canal+, l’antenne française du groupe qatari Al-Jazira retransmettait samedi soir sept rencontres sur les huit programmées, à l’exception de Saint-Etienne/Lille, diffusée sur l’antenne de Canal+. En plus du multiplex proposé sur BeIn Sport 1, les Qataris proposaient également la rencontre PSG-Lorient en intégralité sur la petite soeur BeIn Sport 2, lancée fin juillet.

Et pour rassasier l’amateur de ballon rond, les canaux dédiés de BeIn Sport Max, équivalent de Foot+, permettaient à tous les abonnés de suivre en direct la rencontre de leur club favori sans supplément. Les supporters rennais pouvaient ainsi suivre le match face à Lyon sur BeIn Sport Max 6, avec le journaliste Florent Martin aux commentaires. Xavier Domergue était également présent dans la capitale bretonne pour commenter la rencontre pour la soirée multiplex. «Tout s’est bien déroulé. On avait eu l’Euro ainsi que les matchs amicaux pour rôder notre dispositif», a souligné à l’issue de la rencontre le journaliste, transfuge de Ma Chaîne Sport.

Trois jours et six cases horaires

Les mordus de football devront d’ailleurs rapidement se familiariser avec la nouvelle programmation quelque peu complexe du championnat de Ligue 1, chamboulée par l’arrivée tonitruante de BeIn Sport et la disparition d’Orange Sport. Le nouvel appel d’offres de la Ligue de Football Professionnel (LFP), courant sur la période 2012-2016, a en effet entièrement rebattu les cartes du paysage médiatique.

Pour 150 millions d’euros par an, BeIn Sport s’est en effet taillée la plus belle part du gâteau en décrochant les droits de diffusion de huit rencontres à chaque journée. De nouvelles cases horaires font ainsi leur apparition avec un match à 20h45 le vendredi soir, cinq matchs en multiplex à 20h le samedi et des rencontres à 14h et 17h le dimanche. Seule chose qui ne change pas finalement: le grand match du dimanche soir attribué à Canal+ pour 420 millions d’euros par an.

Le groupe audiovisuel double également la mise par rapport à la saison dernière avec un nouveau match programmé à 17h le samedi. Ces deux rencontres diffusées sur Canal+ seront par ailleurs retransmises en différé le soir même à partir de minuit sur BeIn Sport. Dans ce mano à mano entre les deux diffuseurs, la bataille de la communication n’est pas en reste avec d’un côté «l’intégralité de la Ligue 1» et de l’autre les meilleures affiches et «le meilleur du football». La Ligue 1 sera donc cette année, et pour les quatre prochaines saisons, le théâtre d’une bataille à la fois sportive et médiatique.