L'émission d'Audrey Pulvar sur i-TELE a été suspendue par la chaîne "en raison de la déclaration de candidature d'Arnaud Montebourg (Ndlr, son compagnon) +à la présidence de la République en 2012+ et de ce fait (...) aux primaires du PS", a annoncé lundi i-TELE.
L'émission d'Audrey Pulvar sur i-TELE a été suspendue par la chaîne "en raison de la déclaration de candidature d'Arnaud Montebourg (Ndlr, son compagnon) +à la présidence de la République en 2012+ et de ce fait (...) aux primaires du PS", a annoncé lundi i-TELE. - Bertrand Langlois afp.com

A.L

Audrey Pulvar l’avait déjà martelé au moment de sa nomination: l’hebdomadaire dont elle prend les rênes ne sera «ni une annexe, ni une chambre d’écoute, ni un organe du parti socialiste». Mais le départ de l’éditorialiste et responsable des pages politiques Thomas Legrand, pour lequel il était «impossible de rester», a relancé la polémique. La journaliste et compagne d’Arnaud Montebourg répète donc encore et toujours le même message, dans son premier édito.

So let’s rock

«Faire leur travail. Tout simplement. Avec fougue, cœur, sérieux et abnégation. C’est ce que j’ai demandé aux journalistes et à tout le personnel des Inrocks», commence Audrey Pulvar. «Des journalistes, pas des béni-oui-oui, ni des marionnettes. Journalistes: professionnels détenteurs d’un savoir-faire, d’années de métier et d’un cerveau –faut-il le rappeler?– en état de marche», poursuit-elle.

La directrice promet à sa rédaction de «fabriquer, ensemble, le meilleur journal et développer le meilleur site Internet possibles», en ignorant «le reste»: «écume, procès en sorcellerie, mauvaise foi». Avant de conclure: «C’est à l’épreuve des faits que nous serons jugés, non à celle de racontars ou de fantasmes archaïques. So, let’s rock!»