Audrey Pulvar à l'avant-première du film «L'ordre et la morale» de Mathieu Kassovitz, le 8 novembre 2011.
Audrey Pulvar à l'avant-première du film «L'ordre et la morale» de Mathieu Kassovitz, le 8 novembre 2011. - NIVIERE/SIPA

A.L

Depuis la nomination au gouvernement de son compagnon Arnaud Montebourg, Audrey Pulvar a renoncé peu à peu à ses différentes fonctions. La journaliste a d’abord abandonné le «6/7» de France Inter, puis a finalement annoncé lundi son départ d’«On n’est pas couché» sur France 2.

Or Rémy Pflimlin, qu’elle a vu le 1er juin, ne lui a rien proposé d’autre, explique-t-elle au journal Libération. La journaliste était pourtant pressentie pour présenter la prochaine émission culturelle de France 2. Quelqu’un d’autre est prévu, lui a dit Pflimlin. Elle raconte avoir insisté pour «réfléchir à quelque chose d’autre» et s’être vue répondre: «Enfin Audrey, on est le 1er juin, les grilles de septembre sont bouclées». Et la chroniqueuse de répliquer que «depuis vingt ans qu’elle fait ce métier», elle sait que ce n’est pas le cas. «Non seulement je suis cataloguée femme de mais en plus on me prend pour une conne: c'est doublement désagréable».  Rémy Pflimlin lui aurait dit «peut-être en janvier». «Oui, c'est ça, prends-moi pour un jambon» réagit Audrey Pulvar décidément bien remontée.

Et à la rentrée?

Où peut-on s’attendre à retrouver Audrey Pulvar en septembre? «Je rencontre des responsables de presse, j'ai des propositions en radio, en télé...». Bientôt de retour sur France Inter? Peut-être dans un magazine culturel hebdomadaire. «Ils m'ont proposé le 22 heures-minuit le samedi soir. Je suis contente du concept mais j'ai des doutes sur l'horaire et le jour», confie-t-elle à Libération.