Mercredi, une source proche de l'enquête a indiqué qu'un courrier similaire avec une balle était parvenu au PDG Nonce Paolini au siège de TF1 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). France Télévisions a également indiqué avoir reçu la même missive.
Mercredi, une source proche de l'enquête a indiqué qu'un courrier similaire avec une balle était parvenu au PDG Nonce Paolini au siège de TF1 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). France Télévisions a également indiqué avoir reçu la même missive. - Jean Ayissi AFP/Archives

A.L

Selon les plans de Nicolas Sarkozy, la publicité devait disparaître totalement des chaînes publiques en 2015. Et non pas réapparaître après 20h en 2012, comme est en train d’y réfléchir le nouveau gouvernement. C’est ce que révélait Le Figaro ce mercredi.

Pourquoi envisager un tel revirement? Le bilan des comptes 2011 de France Télévisions mercredi a fait naître des inquiétudes. Les comptes de l’année passée ont beau être à l’équilibre, avec un bénéfice net de 5 millions d’euros, le budget 2012 s’annonce compliqué.

Un fléchissement du marché publicitaire est prévu, à hauteur d’une quarantaine de millions d’euros d’après Le Figaro. Autres craintes: la baisse du rendement de la redevance et l’annulation potentielle de la manne que promettait le versement par les opérateurs de téléphone mobile d’environ 0,9% de leur chiffre d’affaires pour financer le manque à gagner lié à la suppression de la pub après 20h.

Pour le public: 200 millions d’euros de recettes potentielles

Dans ces conditions, l’urgence est de faire rentrer de l’argent dans les caisses. Quatre minutes pourraient faire la différence. Le rétablissement de l’écran publicitaire de 20h35 sur France 2, France 3 et France 4 pourrait rapporter «entre 200 et 250 millions d’euros» selon Le Figaro.

Autre mesure envisagée par le gouvernement: rétablir la redevance sur les résidences secondaires, pour des recettes espérées entre 120 et 150 millions d’euros.

Pour le privé: Une mauvaise nouvelle

Pour les chaînes privées, c’est bien sûr une mauvaise nouvelle. Car les recettes publicitaires se diviseraient à nouveau, provoquant immédiatement la baisse de celles de TF1, M6 mais aussi des nouvelles chaînes de la TNT, comme NRJ 12 ou Direct 8, et même les six nouvelles attendues à l'automne.

«Rétablir la pub sur France Télévisions, c'est la faillite du système. Nous sommes confrontés à une baisse de nos ressources et à une augmentation du nombre de chaînes. En organisant ce transfert de recettes vers le service public, on affranchit ce dernier d'efforts que nous concédons tous les jours» a confié Nicolas de Tavernost, le président du directoire de M6 au Figaro.

>> Et vous, qu’en pensez-vous? Comment accueilleriez-vous un retour de l’écran publicitaire de 20h35 sur France Télévisions? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous.