Michel Sapin au Conseil national du parti socialiste, le 14 mai 2012.
Michel Sapin au Conseil national du parti socialiste, le 14 mai 2012. - A. GELEBART / 20 MINUTES

A.L

L’exemple d’Audrey Pulvar,écartée du 6/7 de France Inter puis lundi des interviews politiques d’ «On n’est pas couché», a vraisemblablement inspiré la femme de Michel Sapin. Dans la même situation car journaliste en charge de la rubrique justice aux Echos et compagne d’un ministre, celle-ci a souhaité devancer la réaction de son journal. 

Par mail, Valérie de Senneville a demandé à être reçue par le comité d'indépendance éditoriale de son quotidien pour qu’il prenne une décision concernant son avenir dans la rédaction, rapporte Europe 1.

«Pour moi, c'est très important de continuer à faire mon métier normalement, et, pour moi, la meilleure manière, c'est d'être transparente sur qui je suis, avec qui je vis, et de dire: “J'aime mon métier, je veux continuer à l'exercer comme je l'ai toujours exercé"», a-t-elle expliqué. «Pourquoi abandonner du jour au lendemain ce que vous avez mis dix, vingt ans à construire?» a-t-elle encore affirmé.

Le nouveau ministre de l’Education, Vincent Peillon, est lui aussi en couple avec une journaliste, Nathalie Bensahel, en poste au Nouvel Observateur. Trois membres du gouvernement (Arnaud Montebourg, Michel Sapin, Vincent Peillon) sont ainsi concernés, en plus du couple présidentiel. Valérie Trierweiler, ex-journaliste politique de Paris Match passée à la rubrique culture de l’hebdomadaire en 2007, a confirmé lundi qu’elle ne souhaitait pas abandonner son métier de journaliste. «Je compte bien continuer, même si je ne mesure pas encore toutes les résistances qui vont se présenter à moi», a-t-elle dit, «J'ai abandonné le journalisme politique, ça c'est une chose réglée, mais je compte bien continuer.»

>> Selon vous, l’exercice du métier de journaliste est-il incompatible avec le fait de partager sa vie avec un membre du gouvernement? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous.