La politique retrouvée ?

décryptage Sur France 2, « Des paroles et des actes » a bien marché

Joël Métreau

— 

David Pujadas et François Bayrou.

David Pujadas et François Bayrou. — FRANCE 2

Un dernier pour la route. Jeudi, avec François Hollande comme invité, « Des paroles et des actes » dira au revoir à la présidentielle. Avec ses sept éditions en 2012, l'émission de France 2 avait réuni entre 3,3 et 5,6 millions de téléspectateurs pour des parts d'audience de 13,2 % à 23,7 %. « “Des paroles et des actes” fait partie des dispositifs de l'information politique qui essaient de trouver des formules innovantes », note Jamil Dakhlia, auteur de Les politiques sont-ils des people comme les autres ? (Bréal). Pour toucher des publics différents, l'émission a misé le séquençage : « Elle joue sur plusieurs registres, en mélangeant des genres, comme les débats et les interviews », poursuit-il.

Le retour des experts
L'une des nouveautés très remarquée : l'angle économique, avec chiffres et graphiques, porté par François Lenglet, de BFMTV. « C'était assez risqué car tôt dans la soirée, avant même l'interview politique de Fabien Namias. Mais l'audience ne fléchissait pas pour autant, peut-être est-ce aussi lié au contexte de crise ? », suggère Hélène Jouan. La directrice des magazines d'information de France Inter pointe aussi son « rôle difficile » au sein de l'émission : « Il ne s'agit pas de refaire l'interview. On essaie de faire préciser un point ou de souligner un positionnement. » Par rapport à la précédente présidentielle, les experts semblent ainsi avoir fait leur retour : « En 2007, il y avait une décrédibilisation de la parole journalistique, tandis que les citoyens étaient investis d'une fonction testimoniale », note Marlène Coulomb-Gully, auteur de Présidente : le grand défi (Payot). Avec « Parole de candidat », TF1 tente donc l'équilibre « vraies gens » et journalistes, et s'amuse avec les symboles, en plaçant les candidats debout devant un auditoire : « C'est à la fois théâtral avec un public sur les gradins et des citations en incrustation tel un karaoké, mais aussi professoral à la manière d'un amphi d'université », remarque Jamil Dakhlia. Les audiences cumulées de « Des paroles et des actes » et de « Parole de candidat » – certes inférieures – montrent que « les électeurs sont en recherche des programmes des candidats dans les médias », explique Christophe Piar, auteur de Comment se jouent les élections (INA Editions). Mais il relativise l'impact des émissions sur le scrutin. « L'info diffusée par les journaux télévisés a un potentiel persuasif plus important. Les citoyens sont plus ouverts lorsqu'ils ont le sentiment que l'émetteur d'un message n'a pas l'intention de modifier leur opinion. »

Mots-clés :

Aucun mot-clé.