Les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter, très prisés des manifestants, ont été l'un des vecteurs du "printemps arabe".
Les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter, très prisés des manifestants, ont été l'un des vecteurs du "printemps arabe". - Loic Venance afp.com

C.P.

Plus de 16 millions de followers pour Lady Gaga, presque 15 pour Justin Bieber, un peu plus de 11 pour Barack Obama et Britney Spears. Pour mesurer la popularité des stars internationales, rien de plus fréquent, aujourd’hui, que de citer le nombre de leur abonnés sur Twitter. Et pour cause: quand Facebook mise davantage sur les quidams, Twitter a choisi de parier sur les people pour augmenter sa notoriété.

Une équipe du site de micro-blogging grandissante est dédiée à cette tâche: tenter de convaincre artistes, sportifs, politiques et religieux de produire des contenus sur Twitter avant de les produire ailleurs (par des communiqués de presse par exemple) voire de produire des exclusivités. Selon Adam Sharp, responsable du développement des contenus «gouvernement et politique» de Twitter et cité par Le Figaro,Twitter se perçoit comme un «réseau d'information, pas un réseau social».

Les comptes de personnes potentiellement influentes (d’Obama aux Etats-Unis à  Kosciusko-Morizet sont d’ailleurs «vérifiés», et les journalistes se servent de plus en plus de ce réseau comme d’une source. Ces dernières années, à plusieurs reprises lors d’événements couverts mondialement (les révoltes en Iran ou les révolutions arabes), les médias internationaux se sont servis du site pour piocher des informations, découvrir des sources. 

TF1 s’essaie au «tweet-replay»

Mais à chaque événement aussi, des articles paraissent pour relativiser le rôle de Twitter: le mélange d’informations avérées et fausses, la question de l’accès limité, la limite d’informations données en 140 caractères… Du coup, l’image de Twitter comme média doit être renforcée au sein du public. Adam Sharp et ses homologues, pour les rubriques autres que la politique,doivent ainsi travailler avec les stars pour les aider à utiliser Twitter, et les faire communiquer par cet outil. Pour que les Justin Bieber ou Miley Cyrus ne soient plus les seuls à annoncer leurs concerts sur Twitter, et que les reprises par les agences de presse soient plus fréquentes.
 
Déjà, Twitter parvient à s’imposer comme un partenaire de la télévision dans de plus en plus de programmes de divertissements. Dans les grandes chaînes américaines, comme NBC ou Fox, les présentateurs appellent de plus en plus à aller sur Twitter pour voter ou commenter. C’est le cas outre-Atlantique pour «X-Factor». En France, TF1 teste le «tweet-replay» avec «Danse avec les stars», en permettant aux internautes de revivre la finale de l’émission au travers de live-tweets.

Selon Chloe Sladden, la directrice du département contenu et partenariats: «Twitter diffuse 250 millions de tweets par jour, nous devons faire en sorte que ces tweets soient aussi intéressants que pos­sible».