Lisa Friel et Patricia Loison.
Lisa Friel et Patricia Loison. - G. KERBAOL / FRANCE 3

Une audience potentielle de 13 millions de personnes. C'est le nombre de téléspectateurs qui ont, dimanche soir, regardé Dominique Strauss-Kahn brandir le rapport du procureur pour se justifier. Ils pourront, ce soir sur France 3, écouter la version de Lisa Friel, chargée de l'enquête Strauss-Kahn au sein de l'unité des crimes sexuels de New York.

Sur le plateau de «Pièces à conviction», elle viendra donner son point de vue après la diffusion d'un documentaire consacré à cette unité «qui représente ce qui se fait de mieux en matière d'investigation sur les violences sexuelles», souligne Lisa Jackson, la réalisatrice.

L'accueil de Nafissatou Diallo

Elle a attendu quinze ans avant d'obtenir l'autorisation de filmer cette brigade. Et a achevé son film… peu avant qu'éclate l'affaire Strauss-Kahn. La chaîne HBO s'en est emparée et l'a diffusé en juin. «Cela a eu du retentissement, et on s'est dit que ce serait bien de le diffuser en France pour comprendre dans quel cadre Nafissatou Diallo avait été reçue, comment ce bureau conduisait ses enquêtes», explique Marie de la Chaume, la rédactrice en chef.

Nouvelle coïncidence pour le film, sa programmation intervient, quatre jours après l'intervention de DSK. «Du coup, Lisa Friel est venue à Paris et comme elle a quitté ses fonctions, elle a une complète liberté de parole. Elle va donner son interprétation du rapport du procureur, et expliquer que ce n'est pas parce qu'il y a eu abandon des poursuites que DSK est innocent.»

Impunité

La réalisatrice Lisa Jackson a décidé de faire ce film car elle a elle-même été violée par trois hommes jamais condamnés.Elle a également réalisé Silence absolu: le viol au Congo (2007).

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé