- HO NEW / REUTERS

Comme mardi, l'écrasante majorité des quotidiens nationaux consacrent leur une à la Libye et au discours extrêmement violent de Kadhafi, qui a promis une répression plus sanglante encore.

Le Monde voit «La diplomatie française bousculée par la révolte arabe» et explique «comment l'Elysée et le Quai d'Orsay tentent de reformuler une politique». «L'enragé» titre Libération. «Dans un discours halluciné, Kadhafi a menacé les Libyens qui réclament son départ d’une "boucherie"», raconte le journal. «Le délire meurtrier de Kadhafi» inquiète Le Figaro, qui note également que «le dirigeant libyen a menacé son peuple d’une "boucherie" et juré de "mourir en martyr" plutôt que de céder le pouvoir.»

«Les mains sales» de Sarkozy

L'Humanité stigmatise pour sa part «Les mains sales» et illustre le propos d'une photo du président français serrant la main du dictateur libyen. «Kadhafi a prononcé hier un discours d'une extrême violence. L'est de la Libye est aux mains des insurgés. La politique étrangère de Nicolas Sarkozy est mise en accusation», selon le quotidien communiste.

La Croix s'intéresse elle aussi à la «Déroute en Libye». «Alors que le régime de Kadhafi a perdu le contrôle d’une partie du pays et que les défections de responsables se multiplient, la répression reste féroce à Tripoli», rapporte le quotidien catholique. Conséquence pour le monde entier des événements dans le pays, «La révolte de la Libye fait bondir les prix du pétrole» observe Les Echos, qui prévient que «le prix du super pourrait vite retrouver ses sommets de 2008».

Rapatriement

Le Parisien indique quant à lui que «Les Français fuient le chaos» et note qu'«à l'heure où les diplomates parlent de crimes contre l'humanité, Kadhafi a promis une répression plus féroce encore et même de "purger la Libye maison par maison". La France décide de rapatrier ses ressortissants», poursuit le quotidien populaire.

Seuls à bouder les événements en Libye en Une, La Tribune, qui titre sur les salaires, et note que «l'emploi repart dans l'Hexagone, mais l'heure est à la modération salariale», France-Soir qui dénonce des «aranques de la TNT», ou encore L'Equipe, qui remercie Gomis.

Mots-clés :