La rédaction du «Monde» perd le contrôle du journal

17 contributions
Publié le 12 avril 2010.

MEDIAS - Le conseil de surveillance du groupe de presse, qui se tenait vendredi dernier, a finalisé son schéma de recapitalisation. La Société des rédacteurs perdrait la majorité, au profit d’un groupe de presse espagnol. Prochaine étape fin juin.

C'est historique. La Société des rédacteurs, actionnaire au capital du groupe Le Monde, éditeur du quotidien, pourrait bien y perdre la majorité cette année.

Ainsi en a décidé le conseil de surveillance du groupe Le Monde, qui s'est tenu le 9 avril, pour fixer le schéma de recapitalisation du groupe. Lequel sera soumis au vote des actionnaires «d’ici fin juin», précise le groupe de presse dans un communiqué, publié vendredi.

Conformément à ses engagements et pour renforcer ses fonds propres, le groupe Le Monde, fortement endetté, a élaboré un projet de recapitalisation, présenté au conseil, «qui permettra au groupe d'assainir structurellement son bilan, tout en respectant l'indépendance éditoriale de ses titres», d’après le communiqué.

Groupes étrangers au capital

L’enjeu derrière tout cela: l'entrée d'un «opérateur majoritaire» au capital du Monde Imprimerie afin de permettre le lancement du processus de modernisation de l’outil industriel «à l'été», précise le communiqué du groupe. Pour un investissement qui se monterait à quelques 25 millions d’euros.

Si la direction ne communique pas sur le nom du nouvel entrant, les spéculations se multiplient depuis le début du mois d'avril. La Correspondance de la presse et le site d’information Electron Libre citaient ainsi le groupe espagnol Prisa, imprimeur de nombreux quotidiens et magazines et le groupe italien Espresso, jusque là présents de manière discrète au capital. Prisa se serait déclaré prêt à recapitaliser le quotidien à la condition de contrôler 51% des actions du Monde SA.

Le 10 avril, le quotidien espagnol El Mundo affirmait ainsi que Prisa monterait sa participation de 34% (contre 15% jusqu’à présent), et le groupe italien Espresso de 17% (contre 3% auparavant). L’incertitude demeure à propos du groupe Lagardère, jusqu’alors actionnaire à hauteur de 17%.

Dilution des actionnaires historiques

Cette «opération indispensable de renforcement des fonds propres du groupe aurait pour conséquence la dilution des actionnaires historiques qui deviendraient minoritaires», souligne le communiqué. Une manière polie de dire que les actionnaires historiques de la Société des rédacteurs du Monde (SRM) ne conserveraient que 22% du capital.

En clair, cela signifierait la perte de contrôle des journalistes sur Le Monde, instaurée par Hubert Beuve-Méry en 1944. Dans ce cadre, le conseil de surveillance a «convenu de la nécessité qu'il y aura d'aménager la gouvernance du groupe, afin de garantir l'indépendance éditoriale des titres, au travers de droits préférentiels sanctuarisés», ajoute le communiqué.

C. Cousin, avec agence
publicité
publicité
publicité

Top 5 des vidéos partagées
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr