Le magazine «20 ans» ressort dans les kiosques, samedi 11 avril 2009.
Le magazine «20 ans» ressort dans les kiosques, samedi 11 avril 2009. - no credit

Le magazine 20 ans vient de ressortir la semaine dernière après trois ans d'absence, mais les conditions de sa relance, révélées samedi sur 20minutes.fr, ont suscité un afflux de réactions sur notre site, sur des blogs et de la part du directeur de la publication Frédéric Truskolaski, connu pour avoir lancé un pilote de ce qui devait plus tard devenir «Paris 16» sur M6. Retour sur un lancement agité.

Dans le premier numéro, l'édito est signé Claire Crépon. Etudiante, sous convention de stage, elle a été remerciée lundi dernier, après un désaccord avec Frédéric Truskolaski. Sur ses indemnités de stage, selon elle. «Sur la manière dont a été élaboré le management de la rédaction», selon ce dernier. Elle n'était pas la seule à émarger à la rédaction en tant que stagiaire. «Nous avons dû recruter des personnes très vite, lance Frédéric Truskolaski, certaines ont voulu travailler avec nous par le biais de conventions de stage.»

La salle de réunions, c'est MSN

Plusieurs rédactrices du mag ont signalé à 20 Minutes leur lassitude devant les messages incessants de Frédéric Truskolaski sur leur messagerie MSN, pour faire valider maquettes, idées... «Oui, pas mal de relations se sont faites par MSN. (...) c'est une nouvelle technologie qui permet d'accélérer les choses. Mais nous avons des locaux dans le 12e arrondissement de Paris.»

Des blogueuses ont reçu un e-mail leur proposant de participer au mag à coût rachitique: 10 euros pour deux pages. «Je n'ai jamais envoyé ce mail. Je ne sais pas de qui il vient», lance Frédéric Truskolaski. Pour lui, «sur Internet, n'importe qui peut se faire passer pour le magazine 20 ans (...), après ça fait boule de neige (...). Nous avons l'ambition d'embaucher de vrais journalistes. On a fait ce qu'on pouvait pour le premier numéro en attendant de structurer l'équipe.» Le magazine devrait attendre juin pour sortir son deuxième numéro.

 

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé